PDA

Voir la version complète : Les retours de week-end



Lisi
12/11/2006, 20h56
Comment se passent les retours de vos enfants de chez l'autre parent ?
Chez moi, 2 ans après, c'est toujours un cauchemar... Des cris, des larmes, des gros chagrins. Et la phrase qui fait si mal : "je veux retourner chez papa" :-(
J'essaie de rester zen, de sourire, de chanter, de raconter les histoires... Mais parfois, j'aurais bien envie de craquer moi aussi ! Mais je me contrôle....
Comment faites-vous ? N'y a t-il que les miens qui réagissent ainsi ?

billeentet
12/11/2006, 21h07
Ce n'est pas une situation evidente dans les deux sens.

Pour eviter les cris, les pleurs.... nous avons reussi à nous organiser pour que le papa accompagne les enfants à l'école le lundi matin et c'est beaucoup plus simple et agréable pour tout le monde.

Mais ça engendre d'habiter pas trop loin.

Lisi
12/11/2006, 21h14
Ce serait bien sûr l'idéal mais il habite à plus de 250 kms...

billeentet
12/11/2006, 21h28
Dés que l'on habite loin, c'est toujours plus problématique.
Avant que l'on mette en place cette solution, mes enfants ne pleuraient pas à leur retour mais au moment d'aller se coucher. Ils realisaient qu'ils ne verraient pas leur pere avant longtemps.
J'ai reussi à faire en sorte qu'ils le voient une fois par semaine au début et sinon, leur pere téléphone quasiment tous les jours donc ils sont rassurés.
Mais c'est vrai que c'est toujours déchirant de les voir pleurer.

mina
12/11/2006, 22h04
Je vois bien ce dont tu parles Lisi,

j'ai aussi eu droit bien souvent à ces phrases assassines, même si ce n'était pas forcément au retour de week end, c'était plutôt à chaque contrariété "Je veux aller chez papa, il est plus gentil" ou "...on peut faire ce qu'on veut" etc...

Pour les retours de week end ils sont plutôt calmes, pas de pleurs ni larmes, mais ils sont interminables alors qu'on voudrait parfois que ça se passe vite, ils trainent à s'habiller, ont toujours oublié quelque chose ou veulent encore un bisou.

Mais je préfère tout de même ça à la situation que tu décris.

Avec le temps ça devrait se calmer, surtout en les rassurant, en leur rappelant que papa reviendra dans deux semaines.

Et continuent de tenir bon et d'essayer de rester zen, c'est aussi une sorte de test. Montre leur que la situation est telle qu'elle est et que leur comportement n'y changera rien.

Dans tous les cas bon courage.

adelaide
12/11/2006, 22h05
mes petits quand ils rentrent de chez leur pere sont très ennervé, je leur fait prendre un bon bain on mange et ensuite au lit et c'est là, quand général il réclame leur pere, donc on l'appelle et lui disent bonne nuit par téléphone. Pour le moment ça passe comme ça, on verra apres.
Ma grande , je le récupere le lndi soir et elle est contente de rentrer donc ça va

Lisi
12/11/2006, 22h10
Merci Mina,
J'ai droit aussi à ces phrases quand je les contrarie !!! Ma fille est très douée pour ça ! Elle s'assied sur son lit et elle répète à l'infini papa, papa !!! Mais bon, ça je l'encaisse mieux !
Ce sont surtout ces crises de nerfs, ce chagrin que je n'arrive pas à consoler... Il est 22h, ils ne dorment toujours pas... Et je n'arrive pas à les apaiser...Ils ne pleurent plus mais se lèvent toutes les 5 minutes, réclament des calins, cherchent des prétextes pour pleurer (mon fils vient de me reprocher de lui avoir dit que le père-noël n'existe pas !!!)
Comment faire pour que cette transition soir moins douloureuse, plus facile ... :-?

mimihibou
12/11/2006, 22h23
Continue de les rassurer comme tu le fais, meme si ça dure longtemps le soir où ils rentrent de chez leur papa.

Ils pensent peut-etre que tu les abandonnes quand ils vont chez leur père, et ont un énorme besoin d'être rassuré quand ils rentrent.

Courage et n'hésite pas à aller sur le site pour nous contacter.

Lisi
12/11/2006, 22h57
Sans doute... MAis c'est lourd et dur à supporter !http://www.les-smileys.com/smiley/Smiley/Triste/crying3.gif (http://www.les-smileys.com)

Theo
13/11/2006, 00h27
Peut etre des appels plus reguliers pourraient combler un peu ce manque de presence paternelle , qui sait ?

ai rarement eu ce genre de retours de la part de mon fils .

En revanche, ai droit regulierement aussi à ce genre de phrases assassines à la maison ou en public : il hurle qu il veut son papa, qu 'il est gentil lui etc..!

Et ce à la moindre contrariete masi il y a des moments plus qu'à d autres ...! :-(

Ca cessera bien un jour, il faut esperer... :lol:

Lisi
13/11/2006, 00h35
Il les prend régulièrement tous les 15 jours. Il les a même eu pendant quasiment toute les vacances de la Toussaint. Chaque fois qu'ils le demandent j'appelle leur père et parfois même je le leur propose. C'est vrai que lui en revanche ne téléphone pas souvent...
Je ne vois pas quoi faire d'autre...
C'est très récent de la part de ma fille. Il y a encore quelques mois elle pleurait car elle ne voulait pas y aller ! Et quand elle rentrait, elle était contente de revenir à la maison... et maintenant, c'est une petite fille toute triste, pleine de colère qui revient ...

Elizabeth
13/11/2006, 07h46
Il y a aussi le fait que les horaires de retour ne sont jamais respectés, donc tu es stréssée quand ils arrivent : et s'ils s'imaginaient que ce stress c à cause d'eux et pars à cause du retard???

Lisi
13/11/2006, 08h52
Peut-être, je ne sais pas... Quand ils arrivent je suis contente, j'arrive même à être aimable avec leur père même s'il débarque avec 1h de retard ou d'avance !!! Mais dès que la porte se ferme, ça part en live !!!

espoir07
13/11/2006, 18h01
Lisi, en as tu parlé au papa ?

Il pourrait peût être leur parler avant le retour, les rassurer, leur dire que c'est ainsi, d'autres enfants le vivent aussi, que tu es triste de ces retours larmoiements et que tu ne sais plus comment faire face.

Si tout le monde y met du sien, tout devrait bien se passer.

Ils ont la chance de voir leur 2 parents, c'est tellement bien

Courage pour le prochain we. :yes

kris93
13/11/2006, 20h26
pour ma part ce fut dur au debut , puisque c est moi qui allez chercher et ramener ma fille , quand j allé la chercher , ct pleurs et compagnie , je me sentai tres tres mal mais maintenant cela se passe bien sauf qd je lui dis non pour manger du cola j ai le droit a " pa beau papa , veut maman :-D "
je lui explique que c est la semaine avec papa et sa va mieux et j ai meme droit a 1 flopée de bisoux qd je la ramene voir sa mere :yes avec son shalut papa a bientot

Lisi
13/11/2006, 20h44
Leurs We chez leur père sont très fatigants. Il est parti à 250 kms et ils se font donc 500 kms sur 2 jours. Ils se couchent tard le samedi soir alors évidemment arrivés au dimanche soir, après 2h30 de voiture, les nerfs lâchent. Je conçois très bien cela. Mais ça n'empêche que c'est dur à vivre. J'ai déjà essayé de parler à leur père ! Ca fait dix ans qu'il me dit oui oui à tout ce que je lui dit !!! Mais ça ne va pas plus loin !!! Et quelque part, je pense que ça lui fait plaisir de savoir que ses enfants pleurent en rentrant chez moi !!!Alors du coup, je ne m'étend pas là-dessus !!! Je gère seule !

mouette
16/11/2006, 22h44
Bonjour, et bien pour mes filles c'est un peu pareil, elles ne réclament pas de vivre avec leur père mais elles ont le cafard et le regret de leur vie ancienne avec papa et maman. Il faut leur laisser le temps d'accepter que plus jamais elles n'auront leurs parents à vivre ensemble et c'est dur pour des enfants aussi légitime soit le choix de divorcer. J'ai accepté cette idée et cela me permet de tenir bon quand elles rentrent le dimanche soir. Moi aussi je fais de gros calin pendant un long moment et puis je m'intéresse à ce qu'elles ont fait, de fil en aiguille elles se mettent à parler d'autres choses et la transition se fait ainsi en douceur.Mais que de patience...

j-phil
16/11/2006, 23h04
Sans avoir le problème de la distance, la transition est toujours un sale moment pour tout le monde. L'heure de "l'échange "est vécu comme un couperet pour celui qui doit laisser les enfants, une déchirure pour les enfants et souvent le parent qui accueille se ramasse tout ce stress accumulé alors qu'il est en position de renouveau. Il est beaucoup plus facile quand on peut, de faire cette transition en semaine qui n'handicape pas la journée du dimanche.