Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > Rapport sur les aides aux familles monoparentales remis au Maire de Paris

Rapport sur les aides aux familles monoparentales remis au Maire de Paris

Ian Brossat

Comment venir en aide aux familles monoparentales, toujours plus nombreuses dans la capitale? Après six mois de travail, la mission d’élus parisiens formée sur ce thème à l’initiative du président du groupe PC au Conseil de Paris, Ian Brossat, finalise son rapport aujourd’hui. L’enjeu n’est pas mince : 28% des familles parisiennes n’ont qu’un seul parent (à 85% une femme), contre 20% en moyenne en France.

Et souvent, ces mères isolées cumulent les difficultés : bas revenus, chômage de longue durée, travail précaire… "Cent six mille enfants vivent dans ces familles, dont 39% avec moins de 903 € par mois! explique Ian Brossat. Il faut adapter nos mesures d’aides." Alors qu’a déjà été créée l’aide Paris logement famille monoparentale, les élus de la mission proposent d’aller plus loin.

Aide au logement. C’est la principale mesure préconisée. Il s’agit d’élargir l’aide existante, attribuée aux foyers dont le revenu mensuel est inférieur à 1600 €, et uniquement quand le budget logement dépasse 30% des revenus. Le plafond sera relevé à 1800 €, "car certaines classes moyennes peuvent basculer dans la précarité quand elles deviennent monoparentales", explique Olivia Polski, élue PS du XIVe, membre de la mission. Le montant maximal, actuellement de 122 € par mois, sera aussi relevé à 150 €. Cette mesure pourrait concerner au moins 1000 foyers supplémentaires. C’est la plus coûteuse : 2,5 M€ par an.

Garde d’enfants. C’est le principal souci des parents isolés. La mission propose plusieurs pistes : accueil des enfants dès 7h30 dans les écoles et jusqu’à 19 heures, par des animateurs (expérimentation cette année); mise en place d’un service pédibus, où des animateurs accompagnent plusieurs enfants d’un même quartier sur le trajet domicile-école. Surtout, la mesure phare est la création d’une "agence de baby-sitting" pratiquant des horaires décalés, qui ferait de la garde à domicile le matin ou le soir, avec du personnel agréé par la mairie et des tarifs adaptés.

Rompre l’isolement. Bien souvent, le foyer monoparental est pris dans la spirale de la précarité faute de relations. "C’est encore plus vrai à Paris ou dans les grandes villes, où il n’existe pas le soutien familial des grands-parents comme en province", explique Ian Brossat. La mission propose de renforcer le soutien associatif et de développer le système de parrainage : des familles qui acceptent d’accueillir un enfant d’un foyer monoparental pour des sorties, des week-ends. Deux cents parrains sont en place actuellement, il faudra en trouver d’autres.

Le rapport (plus de 90 pages) doit être validé aujourd’hui. Il sera ensuite remis au maire de Paris et débattu devant les élus au Conseil de mai. Ensuite, ce sera au maire de décider des mesures retenues.

(source Le Parisien)

Écrit par Nathalie le 07/04/2011
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : sVM7uj

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir