Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > Vers une loi pour plus d'égalité économique et professionnelle incluant les familles monoparentales

Vers une loi pour plus d'égalité économique et professionnelle incluant les familles monoparentales

Mme Marie-Pierre Rixain, députée de l’Essonne, nommée rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle (n° 4000) par la commission des affaires sociales, a souhaité entendre Nathalie Guellier, créatrice du site Parent-solo.fr, dans le cadre de ses travaux.

Audition de Nathalie Guellier, créatrice du site Parent-solo.fr, par Mme Marie-Pierre Rixain, députée de l’Essonne, nommée rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle

Compte tenu de la période de confinement, l'échange s'est fait par visioconférence, lors d’une audition mardi 20 avril 2021, en présence également de Mme Monique Limon, députée de l'Isère, et de Mme Perrine Goulet, députée de la Nièvre, membres de la commission des affaires sociales.

J'ai confirmé tout d'abord ce qu'avait indiqué Madame Rixain en préambule à savoir que toutes les familles monoparentales ne sont pas dans la précarité, et qu'il convient de concentrer les efforts sur les plus fragiles d'entre elles. Pour "lever les contraintes qui empêchent la performance collective et la réussite individuelle", j'ai confirmé les difficultés d’accès à des modes de garde satisfaisants et abordables pour ces familles.

L'intérêt de réserver des places en crèches aux familles monoparentales sous conditions de ressources me semble une excellente initiative : cela évitera que des femmes refusent des formations, des emplois, ou les arrêtent par impossibilité de faire garder leur enfant.

J'ai ajouté qu'il faudrait aussi étendre les horaires d'ouverture des crèches y compris de nuit car les femmes sont davantage en temps partiel, sur des emplois aux horaires décalés (santé, nettoyage, etc).

Enfin, j'ai évoqué le problème que pose l'arrêt des aides lorsque l'enfant atteint 6 ans, car on ne laisse pas un enfant seul à cet âge. La suggestion de Mme Perrine Goulet de le décaler à 9 ans (sous condition) irait dans le bon sens.

Écrit par Nathalie le 20/04/2021
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

2 commentaires

Écrit par Lea le 05/01/2022 à 22h35

Un grand merci à vous de soulever la difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale lorsque tout repose sur vos épaules.

Je voulais savoir où en était la proposition de décaler les aides sous conditions de revenus aux 9 ans de l'enfant ? En effet, dans un contexte de pandémie avoir recours à une assistante maternelle afin de me rendre à mon travail qui nécessite du présentiel à été essentiel.

Mais, en dehors d'un contexte de pandémie, là où bien souvent l'un des deux conjoints fait le choix de prendre son mercredi ou alléger ses horaires pour chercher ses enfants à des horaires décents n'est point possible pour un parent solo. Un mode de garde est donc nécessaire.

Sans parler de précarité, lorsque les loyers, le quotidien,les vacances,lorsque la vie est chère en somme et qu'à cela il faut envisager 100 à 300 euros de garde périscolaire pour des enfants qui ont besoin de ne pas passer 12h par jour dans une école : l'aide à la garde est justement le filet de sécurité pour ne pas tomber dans la précarité, l'abandon de son poste, au bien-être des parents et de l'enfant qui est au centre de tout.

A ce sujet, c'est grâce à une place en crèche que j'ai pu conserver mon emploi.

La réflexion des aides jusqu'au 9 ans datant déjà du premier semestre 2021, je souhaiterais savoir son état d'avancement car je me pose déjà la question de "comment vais je faire d'ici un an".

Merci par avance pour l'intérêt que vous accorderez à mon commentaire et votre éventuelle réponse.

La Loi n° 2021-1774 du 24 décembre 2021 visant à accélérer l'égalité économique et professionnelle a été promulguée le 24 décembre 2021 et publiée au Journal officiel du 26 décembre 2021. Elle comporte des mesures pour le quotidien des femmes et pour plus d'égalité entre les femmes et les hommes dans les grandes écoles, dans les entreprises et dans l'entrepreneuriat, mais rien sur d'éventuelles aides pour la garde d'enfant jusqu'à ses 9 ans.

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : Nz8eCy

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir