Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > L'effet des mobilités sur la famille : étude de l'Ined

L'effet des mobilités sur la famille : étude de l'Ined

La famille à distance - Mobilités, territoires et liens familiaux vient juste d’être publié par l’Institut National d’Etudes Démographiques (Ined). Christophe Imbert, Eva Lelièvre et David Lessault qui ont dirigé l’étude examinent l’effet des mobilités, de l’élargissement des espaces de travail et de la transformation des modes de vie sur la famille et les liens qui la constituent. Comment se définit aujourd’hui une famille supposément éclatée en différents lieux ? L’ouvrage de 376 pages est divisé en 3 parties :

La famille à distance - Mobilités, territoires et liens familiaux

Des perspectives plurielles sur la famille et son territoire

La diversité de concepts et de pratiques qui permettent d’incarner la famille à distance est décrite. Celle-ci peut en effet prendre des formes très variées inscrites dans un espace à géométrie variable, concerner un groupe de plus ou moins grande dimension et constituer une situation plus ou moins durable. Dans le champ d’étude des migrations internationales, la famille tend également à s’affirmer comme une unité d’analyse pertinente des comportements migratoires. Les fonctionnements familiaux perdurent malgré la distance et les frontières.

Cela étant, le rôle primordial de la famille pour comprendre les pratiques de multirésidence ou de circulation, se manifeste aussi dans le cadre de situations plus courantes et à une échelle géographique plus réduite.

Configurations spatiales, distance et liens sociaux

Le but est ici de mieux cerner la fréquence et le fonctionnement des familles à distance. Plusieurs questions sont alors abordées : quelle incidence la distance peut-elle avoir sur des couples non cohabitants, c'est à dire qui ne vivent pas sous le même toit ? Quel peuvent être le rôle et l’impact d’une distance spatiale dans l’exercice des liens conjugaux, familiaux et intergénérationnels ? Enfin, les auteurs s’interrogent pour savoir si la distance prend la même signification selon qu’il existe ou non des frontières étatiques entre membres de la famille.

La mise en évidence de fonctionnements familiaux à distance aboutit également à s’interroger sur l’évolution des modes de vie, qui changent avec les grandes transformations économiques et sociétales, l’urbanisation et les dynamiques migratoires qui leur sont associées.

Quand la distance caractérise le fonctionnement familial

Cette partie traite de situations familiales définies par l’éloignement, qu’il s’agisse de prise de distance vis-à-vis de ses proches, de formes de travail qui structurent les relations familiales ou encore d’éloignement lié à la migration. Des situations très contrastées sont présentées, qui vont de la maîtrise de la distance pour maintenir les solidarités familiales à un isolement physique qui accentue un isolement social, avec entre ces deux extrêmes, des arrangements trouvés pour maintenir le lien malgré la distance ou la mobilité. Au sein de ces arbitrages, on voit comment les liens conjugaux peuvent s’ajuster en fonction du lien parental.

Ces contributions offrent donc des visions variées mais complémentaires de l’évolution et de l’adaptation des dynamiques familiales contemporaines. Par leurs différents angles de vue, elles plaident pour conférer un rôle toujours de premier ordre aux configurations spatiales dans l’étude des relations familiales.

La famille à distance - Mobilités, territoires et liens familiaux sous la direction de Christophe Imbert, Eva Lelièvre et David Lessault (Editions INED - Collection : Questions de populations – 27 février 2018 – 25 €)

Écrit par Nathalie le 02/03/2018
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : 2TN3vA

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir