Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > Les pères solo gagnent du terrain - France Soir 14 décembre 10

Les pères solo gagnent du terrain - France Soir 14 décembre 10

France Soir du 14 décembre 2010 consacre un article aux pères solos, écrit par Marc Hélary : Les pères solo gagnent du terrain.

"Une mère seule sur dix est aujourd’hui… un homme ! De plus en plus nombreux, ces pères inventent, au jour le jour, une nouvelle forme de parentalité.

Ouf ! 17 h 31. Juste à temps. Essoufflé mais à l’heure, David peut récupérer Thomas, son fils âgé de 6 ans, à la garderie. Un mini-exploit quotidien pour ce père qui a dû négocier de nouveaux horaires de travail depuis que, séparé de sa femme, il a demandé et obtenu la garde de son enfant. "J’ai dû prendre un appartement, l’équiper… Vu les loyers sur Paris, avec mon seul salaire, je n’ai pas les moyens de payer une nounou pour s’occuper de Thomas après l’école. Alors c’est la course…" David est un de ces "papas solo", une population sans cesse grandissante.

A cela, une raison simple. En France, les couples se séparent plus rapidement que par le passé. Le taux de divorce, même s’il s’est stabilisé ces dernières années (45,1 % aujourd’hui), est passé de 38,2 % en 1995 à 52,3 % en 2005. Et la tendance touche, dans des proportions similaires, les couples en union libre. Autant de désunions qui, lorsqu’elles concernent un foyer comptant un ou des enfants mineurs, viennent grossir le rang des familles monoparentales. Cinquante ans plus tôt, dans plus d’un cas sur deux (55 %), c’est le décès du conjoint qui conduisait à la création d’un foyer comptant un seul parent. Aujourd’hui, cette situation en concerne moins d’un sur dix… Résultat : les parents célibataires sont 2,5 fois plus nombreux qu’en 1968 et, selon le dernier recensement de l’Insee, représentent quelque 1,76 million de familles.

Dans encore 85 % des cas, c’est la mère qui se voit confier la garde des enfants. Mais la tendance est là, qui va s’amplifier dans les années à venir : la population des pères seuls ne cesse de s’étoffer et concerne déjà 15 à 20 % des enfants en France. En 2007, l’Insee comptabilisait 272.000 papas seuls. Le volume des séparations intervenues depuis fait estimer leur nombre à 300.000 aujourd’hui. Une évolution prévisible qui s’est cependant fait attendre, selon Christine Castelain-Meunier, sociologue au CNRS : "Vu le nombre d’unions (mariage, pacs, libre) et de désunions, il était prévisible que des hommes auraient à s’occuper de leurs enfants sans leur conjoint. La monoparentalité a longtemps relevé seulement du féminin. Il y a eu beaucoup de résistance, à l’instar de celles rencontrées par l’homoparentalité qui, elle aussi, va finir par s’imposer. Les gens sont en demande de simplicité et de tranquillité, or les pères célibataires représentent une situation complexe."

Patrice huerre

Patrice Huerre, pédopsychiatre et auteur de "Pères solos, pères singuliers ?", observe que "le phénomène est accentué par une autre tendance : de plus en plus souvent maintenant, la femme décide que la garde des enfants soit confiée au père. Auparavant, ces mères auraient été considérées comme “abandonnantes” et indignes".

Que sait-on de ces papas solo ? L’Insee a mené l’enquête : peu présents dans les foyers comptant des enfants en bas âge, les pères seuls regroupent 10 % des enfants de 0 à 6 ans vivant en famille monoparentale et 18 % des 17 à 24 ans. Dans plus de 6 cas sur 10 (63 %), le foyer ne compte qu’un enfant.

Côté travail, ils sont mieux lotis que leurs alter ego féminins : les trois quarts des papas solo ont un emploi à temps complet. Plus souvent ouvrier ou employé qualifiés que cadres (voir l’infographie). Comment font ceux qui cumulent poste à responsabilités et enfants à charge ? Comme les mamans solo ! En ayant recours au système D, aux nounous… ou en changeant de travail, à l’instar de Skander, 37 ans, qui a quitté son emploi dans les assurances pour travailler en indépendant et pouvoir ainsi s’occuper de son fils de 3 ans.

Ce n’est pas la seule difficulté qu’ils rencontrent. François constate qu’il lui faut à chaque instant prouver sa légitimité : "Je n’ai eu aucun souci à trouver mon rôle auprès de mes deux enfants. C’est complètement différent par rapport au monde extérieur. On doute de mes capacités, chaque démarche administrative tourne au parcours du combattant… L’égalité n’est pas au rendez-vous alors que j’aime mes enfants autant qu’une maman."

Les mentalités changent, malgré tout. En témoigne la création en juin dernier du site Singlefamily.fr dédié aux familles monoparentales. "Il existe des offres dédiées soit aux parents, soit aux enfants, mais rien permettant aux familles solo de vraiment partager des activités. Notre portail regroupe des propositions de loisirs permettant aux parents célibataires de se rencontrer autour des activités de l’enfant", explique Anissa Madouri, sa fondatrice. Même démarche chez Parent-solo.fr, un site communautaire qui offre informations et services aux familles monoparentales, qu’il s’agisse des mamans… ou des papas seuls."

"En chiffres Les deux tiers des pères seuls vivent avec 1 enfant

– 63 % vivent avec 1 enfant.

– 28 % avec 2 enfants.

– 7 % avec 3 enfants.

– 2 % avec 4 enfants et plus.

– La moitié des pères célibataires sont propriétaires de leur logement.

– Leur foyer est composé à 4 % d’enfants âgés de 0-2 ans, 11 % de 3-6 ans, 49 % de 7-16 ans et 36 % de 16-24 ans.

– 77 % des femmes et hommes vivant seuls avec des enfants déclarent ne pas avoir de relation amoureuse stable.

– Travail : 80 % des pères seuls ont un emploi. 31 % sont ouvriers ou employés qualifiés ; 24 % professions intermédiaires ; 19 % cadres ; 15 % ouvriers ou employés non qualifiés ; 11 % agriculteurs, artisans ou commerçants. (Source : Insee)"

A lire aussi une interview de Patrice Huerre, pédopsychiatre et auteur de "Pères solos, pères singuliers ?" (éditions Albin Michel), ainsi que des témoignages de papas solos.

Écrit par Nathalie le 14/12/2010
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : PyMFz4

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir