Vous êtes ici : La documentation de Parent Solo > Bibliothèque de Parent-Solo > Les lectures « détente » > Une saga familiale de femmes écrite par Véronique Olmi

Une saga familiale de femmes écrite par Véronique Olmi

Le dernier roman de Véronique Olmi, Les évasions particulières, est ce qu'on appelle une saga familiale, et celle-ci a la particularité de s'articuler autour de trois femmes, trois sœurs, durant la décennie 1970. De quoi rappeler des souvenirs à certaines et/ou donner de la force à chacune pour prendre son destin en main !

Les évasions particulières de Véronique Olmi

Les évasions particulières

Véronique Olmi raconte l'évolution d'une famille catholique modeste à Aix-en-Provence, composée de 3 filles, 3 sœurs. L’aînée, Sabine, passionnée, ambitionne de devenir une artiste parisienne, la cadette, Hélène, tiraillée entre deux mondes dans lesquels elle évolue, celui de son oncle et sa tante, bourgeois de Neuilly-sur-Seine, et celui bien plus simple de ses parents, et enfin, la dernière, Mariette, qui va se tourner vers la musique, bien adaptée à sa sensibilité et son côté secret.

Les années 1970 sont bousculées après les évènements de mai 1968 et le départ du général de Gaulle : la société française prend un virage, elle change, les femmes s’émancipent et chacune des 3 sœurs va vivre ces évolutions et se les approprier sous le regard parfois perdu de leurs parents d'une autre génération ainsi que des hommes qui perdent un peu de leur suprématie et certains repères. Sabine, Hélène et Mariette vont, chacune à leur façon, s'affranchir de la morale, de l’éducation ou de la religion inculquées depuis leur enfance, afin de trouver comment vivre une vie forte, bien à elles.

La loi Veil, le droit à l'avortement, la contraception, les plaidoiries de Gisèle Halimi défendant les victimes de viol et obtenant sa reconnaissance comme crime, les revendications féministes avec des femmes au foyer qui aspirent à travailler, etc. Une décennie durant laquelle la droite conservatrice a été bousculée au même titre que les parents des 3 sœurs…jusqu'à l'apparition du visage pixellisé de François Mitterrand, le soir du 10 mai 1981, sur tous les téléviseurs français !

Avec son écriture fluide, Véronique Olmi signe la chronique d’une époque très juste qui nous rappelle, si tant est que nous en ayons besoin actuellement, que les évènements politico-sociétaux marquent les consciences et influent sur les destins.

Véronique Olmi, l'autrice

Véronique Olmi est romancière mais également dramaturge et comédienne. Elle est notamment l'autrice de Cet été-là (prix Maison de la presse 2011), Nous étions faits pour être heureux (2012), La nuit en vérité (2013), J'aimais mieux quand c'était toi (2015), ou encore Bakhita (2017) au succès retentissant en France et à l'étranger.

(Editions Albin Michel – 20 août 2020 - 512 pages - 21,90 euros)

Acheter le livre

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : afDMYT

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Une semaine en octobre de Elizabeth SUBERCASEAUX Une semaine en octobre de Elizabeth SUBERCASEAUX Clara écrit régulièrement dans un cahier que son mari, Clemente, lit en cachette. Dès les premières pages, elle se représente en compagnie d'un amant, liaison interrompue par la mort de ce...
  • Ensemble séparés de Dermot Bolger Ensemble séparés de Dermot Bolger Delmot Bolger propose dans ce roman une vision un peu décalée du couple et du mariage, où les besoins d'indépendance de chacun se heurtent aussi à la dépendance réciproque propre à la vie...
  • De tes nouvelles d'Agnès Ledig De tes nouvelles d'Agnès Ledig Dans cette suite de son précédent roman, On regrettera plus tard, Agnès Ledig sait, une nouvelle fois, trouver les mots justes pour exprimer les émotions qui bouleversent secrètement les vies...
  • De fils à fils de Bernardo TORO De fils à fils de Bernardo TORO "Si l'enfant que tu es me juge, je veux croire que l'homme que tu seras me comprendra. C'est à lui que je m'adresse, en lui que je trouve la force de pousser jusqu'au bout mon récit. Une...