Vous êtes ici : La documentation de Parent Solo > Dossiers sur la famille > Droit, Finances & Assurance > Familles recomposées : qui paye quoi ?

Familles recomposées : qui paye quoi ?

Pas facile de gérer le budget d’une famille recomposée, en tenant compte des versements de pension, des frais d’entretien des enfants, des remboursements actés, etc… Pour qui dépense-t-on ? Pour les enfants de l’autre ? Pour les enfants que le nouveau couple a eu ensemble ? Jalousies, intérêts divergents… C’est parfois l’occasion de régler des comptes d’une autre nature !...

Le lien avec l’ex

Après une séparation, le lien entre les parents séparés demeure grâce à l’enfant, mais il se traduit par un lien financier. Souvent, celui qui part compense cette absence par un versement important pour l’entretien des enfants. Au fil du temps, il diminue, généralement le montant, pour quelques fois le stopper, lorsqu’il a l’impression d’entretenir, au-delà de son enfant, toute une famille qui s’est recomposée…

On constate que les beaux-pères vont contribuer de façon plus conséquente aux dépenses communes de la nouvelle famille, pour délaisser les dépenses liées directement à l’enfant de leur nouvelle femme, par exemple.

Plus les enfants grandissent, plus les problèmes surgissent. Dans une famille recomposée qui gère un budget commun, dès que les enfants sont en études supérieures, le budget commun va alimenter les enfants des ex et les enfants communs : les sommes devenant importantes, les conflits surgissent.

Si chacun a des enfants d’une union précédente, la solution pourrait peut-être résider dans l’établissement de comptes séparés, en plus du compte joint, pour que chacun dépense pour ses enfants du premier mariage, comme il le souhaite.

Les enfants peuvent aussi, quelques fois, mettre de l’huile sur le feu entre leur parent et leur beau-parent : lorsque l’enfant de l’un fait comprendre à son beau-parent qu’il dilapide son héritage ou qu’il dépense n’importe comment…

Quelques trucs à savoir

- la CAF a évolué : en cas de résidence alternée, le partage des prestations familiales finit par aboutir...

- les impôts ont évolué puisque la résidence alternée a pour conséquence un partage par moitié de la majoration du quotient familial (soit 1/4 de part pour chacun), mais également le partage des réductions ou crédits d'impôt liés aux charges de famille.

- la CPAM permet à chacun des parents d’avoir son enfant sur sa carte Vitale, ce qui simplifie les remboursements lorsque l’enfant est amené à consulter chez l’autre parent.

Une chose est sûre : le lien de l’argent ne remplace jamais le lien affectif…

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : 9b9Cdx

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Aide aux victimes : adresses utiles Aide aux victimes : adresses utiles Aide aux victimesSi vous êtes victime d’une infraction et que vous souhaitez connaître le service d’aide aux victimes le plus proche de votre domicile, contactez le :08 842 846 37 (prix d’un...
  • L'action à des fins de subsides : en savoir plus L'action à des fins de subsides : en savoir plus L'enfant naturel dont la filiation naturelle n'est pas établie peut réclamer une aide matérielle sous forme de pension à celui qui a eu des relations intimes avec sa mère pendant la période...
  • Quotient familial : polémique pour plus d'équité ? Quotient familial : polémique pour plus d'équité ? Après la seconde guerre mondiale, la création du quotient familial devait favoriser la natalité, en octroyant un avantage fiscal qui augmentait avec le nombre d'enfants, mais aussi avec le niveau...
  • Le surendettement dans les familles Le surendettement dans les familles Le nombre de dossiers de surendettement ne cesse d'augmenter : le nombre annuel de dossiers de surendettement a bondi de 15 % entre 2008 et 2010 pour s'élever à 184 000... Malgré les facilités...