Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > La situation des familles monoparentales dans l'Union Européenne, discutée par l'Intergroupe Famille

La situation des familles monoparentales dans l'Union Européenne, discutée par l'Intergroupe Famille

L'Intergroupe Famille et Protection de l'Enfance s'est réuni le 26 octobre 2006 à Strasbourg sous la Présidence de Mme Marie Panayotopoulos-Cassiotou (Parti Populaire Européen - démocrates chrétiens) pour discuter de la situation des familles monoparentales dans l'Union Européenne.

Le Commissaire à l'Emploi, aux Affaires Sociales et à l'Egalité des Chances, M. Vladimir Spidla, était l'orateur principal de cette réunion à laquelle ont également participé un grand nombre de députés, des représentants d'Organisations Non Gouvernementales et des partenaires sociaux. La réunion visait à mettre en exergue les difficultés socio-économiques auxquelles sont confrontées les familles monoparentales qui représentaient en 2001 4.3 millions de familles dans l'UE des 15, ainsi qu'à s'interroger sur l'impact éventuel de la monoparentalité dans le cadre de la gestion, par la Commission, du problème démographique, de la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale et du marché du travail.

Dans son intervention, le Commissaire a indiqué que la Commission publiera d'ici la fin de l'année une étude sur les familles monoparentales qui prendra particulièrement en compte le fait que 90% des familles monoparentales sont dirigées par des femmes. M. Spidla a insisté sur le fait que les statistiques existantes sur l'ampleur de la monoparentalité ne reflètent pas forcément la réalité dans la mesure où d'une part, il existe des divergences sur la définition de la famille monoparentale et que d'autre part, les données collectées ne couvrent pas tous les aspects de cette situation familiale. S'il est vrai que ces familles sont particulièrement vulnérables à l'exclusion et à la pauvreté -on estime en effet qu'en Europe une famille monoparentale sur quatre est pauvre au sens des critères de l'UE- il n'en demeure pas moins que certaines d'entre elles profitent parfois de leur situation pour obtenir des avantages fiscaux, sociaux et autres qui s'avèrent quelquefois plus importants pour les familles monoparentales que pour celles composées de deux parents. Le Commissaire a souligné que le soutien aux familles monoparentales ne devrait pas passer uniquement par l'octroi de prestations matérielles mais être également accompagné de mesures plus vastes abordant le fait que la pauvreté de ces familles n'est pas seulement économique mais aussi sociale, culturelle et éducative.

M. Spidla a indiqué que, tout en respectant son approche de neutralité des politiques familiales, la Commission allait étudier de près la situation des familles monoparentales et présenter les bonnes pratiques des Etats Membres en la matière dans le but de proposer par la suite, des mesures relatives d'une part, à l'intégration de ces familles dans la société et sur le marché du travail et d'autre part, au bien-être des enfants.

Durant le débat, tant les parlementaires que les représentants d'Organisations Non Gouvernementales ont évoqué plus particulièrement les problèmes d'exclusion et d'intégration sociale qui touchent les familles monoparentales et surtout les enfants. Ils ont pour la plupart exprimé leurs regrets par rapport au fait que la Commission se bornait à constater que le phénomène des familles monoparentales prenait de l'ampleur mais n'indiquait pas de quelle façon on pourrait prévenir et remédier à cette situation.

En savoir plus.

Écrit par Nathalie le 28/10/2006
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : j2ebjb

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir