Vous êtes ici : La documentation de Parent Solo > Dossiers sur la famille > Droit, Finances & Assurance > Le crédit pour les parents solos et familles monoparentales

Le crédit pour les parents solos et familles monoparentales

pas d'argent

Que ce soit pour se lancer dans de nouveaux projets ou pour sortir d’une situation compliquée, il existe des crédits pour chaque étape de la vie. Voici un tour d’horizon complet de ces solutions avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Le crédit à la consommation

Le "prêt conso" comme on a souvent tendance à l’appeler est un emprunt dédié à l’achat de biens et de services dans le cadre de la vie courante. Pour les parents célibataires, on évoque souvent le crédit renouvelable qui permet de régler des achats en plusieurs fois, sans avoir à se retrouver à découvert à cause d’une dépense imprévue ou pour faire plaisir aux enfants. Cela dit, attention à ces crédits "réserves" qui peuvent cacher des taux très élevés (proche de la limite des 20%).

D’autres types de prêts existent comme le prêt à la consommation affecté, c’est-à-dire un emprunt qui est accordé sur la présentation d’un justificatif comme un devis (travaux), une promesse de vente (voiture) ou une commande (le montant maximal accordé est de 75 000 euros).

Le prêt personnel est tout le contraire du prêt affecté, il n’y a pas besoin de justificatifs, c’est une somme utilisable librement, idéal pour les petits projets du quotidien ou pour financer les vacances avec les enfants.

Le crédit à la consommation est souvent sollicité auprès des banques mais depuis quelques années, on a vu émerger de nouveaux modes de distribution avec notamment le prêt entre particuliers. En fait, si vous êtes célibataire et que vous élevez des enfants, vous n’êtes pas forcément la meilleure cible des banques et elles peuvent vous refuser l’octroi d’un crédit, des plateformes (comme Younited Credit) ou même des particuliers proposent de vous prêter de l’argent sans être aussi restrictifs. La prudence est de mise car des arnaques sur les réseaux sociaux ou sur les forums sont monnaie courante.

Connaissez-vous la tontine ?

Une tontine est une caisse commune (plusieurs personnes) qui permet à chacun de se servir et de remettre ensuite l’argent, c’est une méthode très répandue en Afrique et qui tend à se développer en France. On peut ainsi créer une caisse commune avec d’autres parents dans la même situation, des amis ou des proches.

Le prêt immobilier : la propriété

Accéder à la propriété nécessite de recourir au crédit, sauf évidemment pour les rentiers qui n’ont pas ces mêmes problématiques. Pour un parent célibataire, c’est souvent un dossier long et fastidieux à mettre en place car il faut déclarer ses revenus (notamment les pensions alimentaires perçues), avoir un taux d’endettement sous la barre des 33% et montrer patte blanche, c’est-à-dire limiter les découverts et les impayés.

Simplement, il faut rester vigilant sur la prise en compte de la pension alimentaire car mêmes si elles sont prises en compte au moment de la souscription du crédit immobilier, elles peuvent conduire à des déséquilibres lorsque l’enfant devient autonome ou lorsqu’il perçoit directement les versements. Inversement, les pensions versées sont également prises en comptes mais annonceront pour la suite un allègement des charges.

Pour les mères et les pères célibataires, rien ne leur interdit de recourir à un crédit auprès d’une banque ou d’un courtier, leur situation n’est pas plus à risque qu’un jeune couple avec deux revenus. Au contraire, un parent célibataire avec trois enfants aura plus de chances d’obtenir son crédit maison que le jeune couple, notamment grâce aux allocations logement, un signe qui compte pour les établissements bancaires car c’est une rentrée sûre.

Le regroupement de crédits, la réduction de mensualité

prêt

La séparation est souvent à l’origine d’un désordre financier, c’est-à-dire qu’avec un seul revenu, on ne peut pas supporter les charges de deux salaires, c’est pourquoi de nombreuses familles monoparentales se retrouvent en situation bancale, il faut digérer la séparation, aussi bien sur le plan personnel que financier.

Le regroupement de crédits est justement un produit adapté à ce genre de situation, il permet de faire racheter ses crédits pour réduire ses mensualités et pouvoir faire face sereinement à ses charges. Ceci n’est possible qu’après séparation (acte de divorce, dissolution de PACS), car en cas de mariage ou de PACS, les emprunteurs sont solidaires de la dette et peu de couples qui se séparent souscrivent ensemble un nouvel emprunt.

Le rachat de soulte, pour garder votre maison

Concernant le bien immobilier, s’il est en indivision (propriété des conjoints), l’un des deux parents doit racheter la part de l’autre, c’est la soulte. Il faut donc réaliser une évaluation du bien pour définir la valeur de la soulte, ce qui est souvent sujet à quelques discordes entre les ex-conjoints. Une fois la soulte estimée, le parent célibataire qui souhaite la racheter peut soit utiliser une épargne, un crédit ou inclure le montant dans un regroupement de crédits.

En cas d’incapacité, la revente du bien immobilier est privilégiée pour permettre aux deux parents de repartir sur de nouvelles bases financières.

Le dossier de surendettement

Le dépôt d’un dossier de surendettement est l’ultime recours qu’une maman célibataire ou qu’un papa seul peut solliciter. Il s’agit tout simplement de l’incapacité pour une personne à faire face à ses dépenses et bien souvent, on parle d’une spirale du surendettement. C’est-à-dire que les dépenses s’accumulent, des crédits sont souscrits pour y faire face puis on sollicite un crédit pour rembourser un autre crédit et plus aucune voie de sortie n’est envisageable.

La Banque de France vient en aide aux parents en faisant la demande, une étude du dossier est effectuée pour prouver la bonne foi de la personne puis un plan de rétablissement est proposé, c’est-à-dire qu’un médiateur va contacter les créanciers et leur proposer un remboursement échelonné par le parent surendetté pour se sortir de ses dettes. En cas de désaccord, il est possible, dans des cas extrêmes, que la Banque de France efface les dettes. Tout cela a un prix, c’est-à-dire l’inscription au fichier des incidents de paiements (FICP) pour une durée de 5 ans minimum avec l’impossibilité de souscrire un nouvel emprunt.

Ce dossier vous a été proposé par Solutis, leader français du regroupement de crédits certifiés en France.

Solutis

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : DWK9Fu

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires