Réforme du Nom de Famille

Depuis le 1er Janvier 2005, la loi du 04/03/2002 modifie la transmission des noms de famille. Auparavant, l'enfant prenait systématiquement le nom du père (ou celui de la mère, dans le cas où l'enfant naissait de père inconnu).

Les enfants peuvent donc maintenant porter le nom de leur père ou de leur mère ou une combinaison des noms des deux parents.

Par exemple, pour la 1ère génération :

Pierre DURAND et Sylvie LEPONT donnent le jour à Marie, qui pourra s'appeler :

  • Marie DURAND,
  • Marie LEPONT,
  • Marie LEPONT - DURAND,
  • Marie DURAND - LEPONT.

Lorsque Marie aura des frères et sœurs, ils auront automatiquement le même nom de famille que celui que ses parents lui auront choisi pour elle-même.

En cas de désaccord des parents, le nom du père s'impose.

Marie pourra, par la suite, transmettre son nom à ses enfants.

Pour la 2ème génération :

si Marie LEPONT - DURAND a des enfants avec Kevin MARTIN - LEBOIS, ils pourront :

  • soit faire une déclaration de choix de nom : avec 14 possibilités, mais sans accolement possible de deux doubles noms ni inversion des vocables constituant le double nom des parents.
  • soit ne pas faire de déclaration de choix de nom. Dans ce cas, l'enfant prendra le nom de son père lorsque sa filiation est établie simultanément à l'égard de ses deux parents, ou l'enfant prendra le nom du parent qui l'a reconnu en premier. (cette faculté ne peut-être exercée qu'une seule fois).

La loi du 16 janvier 2009 :

La loi du 16 janvier 2009 a été publiée au Journal officiel du 18 janvier 2009. Ce texte rend définitive la réforme de la filiation décidée par ordonnance en 2005 en modifiant ou abrogeant diverses dispositions relatives à la filiation.

En matière de filiation, la loi du 16 janvier 2009 confirme notamment le principe d’égalité entre tous les enfants, qu’ils soient nés de couples mariés ou non mais aussi le principe d’égalité entre toutes les mères, la désignation de la mère dans l’acte de naissance de l’enfant suffisant à établir la maternité.

Désormais tous les enfants peuvent prendre le nom du parent qui les déclare à la naissance puis changer de nom une fois le second lien de filiation établi, par simple déclaration devant l’officier d’état civil (l’ordonnance de 2005 n’autorisait ce changement de nom que pour les enfants nés après le 1er janvier 2005). Cette disposition doit permettre de répondre aux attentes d’environ 3 000 personnes qui demandent de pouvoir modifier leur nom. Par ailleurs, la présomption de paternité est écartée notamment lorsque l’acte de naissance de l’enfant ne désigne pas le mari en qualité de père. Toutefois, le mari peut, s’il estime être le père, reconnaître l’enfant sans avoir à saisir le tribunal. Lors d’un conflit de paternité à la naissance de l’enfant, l’officier de l’état civil inscrit l’homme qui se présente devant lui en qualité de père mais prévient immédiatement le Procureur de la République afin qu’il saisisse le tribunal pour éviter que l’enfant puisse être rattaché à un tiers et non au couple qui l’élève.

A noter : le mot " Patronyme " disparaît du langage administratif, puisqu'il trouve son origine étymologique dans " Pater ", et il est remplacé par " Nom de famille " !

Le texte de la loi du 16 janvier 2009

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : qwQcCS

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • La séparation de fait La séparation de fait La séparation de fait, c’est lorsque chacun vit de son côté sans avoir demandé le divorce. La séparation doit être née soit d’un consentement mutuel des époux, soit, au moins, de la...
  • L’audition de l’enfant par le juge aux affaires familiales L’audition de l’enfant par le juge aux affaires familiales Vous avez une procédure de divorce en cours et vous avez reçu le fameux courrier avec la date d’audience de tentative de conciliation qui prévoit : "Si les époux ont des enfants mineurs...
  • Les familles monoparentales et la précarité Les familles monoparentales et la précarité Le nombre de familles monoparentales était, en 1999, d'1,5 millions en France, soit 20 % des familles. Depuis ces derniers chiffres officiels qui datent un peu, le nombre s'est forcément accru. Les...
  • La Médiation Familliale La Médiation Familliale La médiation familiale : qu'est-ce que c'est ?La médiation, on en parle si souvent. Mais qu'est ce que c'est au juste ? Une autre manière de résoudre les conflits ? Sans passer par le juge ? A...
  • L'audience de conciliation L'audience de conciliation L'audience de conciliation est le passage obligé de toute procédure de divorce, hormis le cas de divorce par requête conjointe.Cette première étape, faisant suite au dépôt de la requête en...
  • Peut-on obtenir un crédit immobilier avec un seul salaire ? Peut-on obtenir un crédit immobilier avec un seul salaire ? C’est une question fréquente chez les familles monoparentales, celle de savoir s’il est possible d’obtenir un emprunt bancaire en ayant un seul salaire, notamment dans le cadre d’un projet...