L'aide juridictionnelle

L'aide juridictionnelle vous permet d'avoir une prise en charge par l'Etat de vos frais de procédure ou de transaction (honoraires d'avocat, rémunération d'huissier de justice, frais d'expertise…) Cette aide peut être partielle ou totale, elle dépend de vos revenus.

Quelles que soient les juridictions judiciaires et administratives, cette aide peut intervenir : tribunal d'instance, tribunal de grande instance, conseil de prud'hommes, tribunal de commerce, cour d'appel, Cour de cassation, tribunal administratif, cour administrative d'appel, Conseil d'État…

Les conditions de résidence

Pour pouvoir en bénéficier, soit vous avez la nationalité française, soit vous êtes de nationalité étrangère et dans ce cas vous devez être :

  • ressortissant de l'un des Etats membres de l'Union Européenne,
  • ou ressortissant d'un Etat ayant conclu une convention internationale avec la France,
  • ou résidant habituellement en France en situation régulière.

Cette condition de résidence n'est pas exigée si vous êtes mineur, témoin assisté, mis en examen, prévenu, accusé, condamné ou partie civile.

L'aide juridictionnelle peut être accordée à titre exceptionnel aux personnes morales à condition qu'elles soient :

  • à but non lucratif ;
  • aient leur siège en France ;
  • ne disposent pas de ressources suffisantes.

Les conditions de ressources

La moyenne mensuelle de vos ressources perçues entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'année précédant la demande, sans tenir compte des prestations familiales et sociales, doit être inférieure à un plafond de ressources fixé par décret et réévalué chaque année.

Les ressources englobent celles de votre conjoint, partenaire, de vos enfants mineurs non émancipés et des personnes vivant habituellement au foyer.

En cas de divergence d'intérêt ou si la procédure oppose entre eux les conjoints ou partenaires ou les personnes vivant habituellement au foyer, on ne tiendra pas compte de leurs ressources.

Les ressources prises en compte sont :

  • les revenus du travail ;
  • toutes autres ressources (loyers, rentes, retraites, pensions alimentaires...) ;
  • l'ensemble de vos biens (mobiliers et immobiliers...)

Les conditions de ressources ne s'appliquent pas dans certains cas :

  • les bénéficiaires du RMI ou du Fonds national de solidarité ou d'insertion. Il suffit de fournir votre attestation,
  • les personnes formulant une demande sur le fondement du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre,
  • les victimes des crimes d'atteintes les plus graves (d'atteintes volontaires à la vie ou à l'intégrité de la personne),
  • la personne détenue, pour une procédure devant la Commission de discipline de l'établissement pénitentiaire,
  • la personne gardée à vue, dont l'intervention d'un avocat désigné d'office pour s'entretenir avec elle, est nécessaire.

Le calcul des ressources

Le barème des plafonds de ressources pour bénéficier de l'aide juridictionnelle en 2016 est revalorisé de 6% par rapport à 2015 mais il est modifié : à compter du 14 janvier 2016, il n'y a plus que 2 tranches, au lieu de 6, pour l'aide juridictionnelle partielle (cf. décret n° 2016-11 du 12 janvier 2016).

Pour 2016, la moyenne mensuelle des revenus perçus en 2015 doit être inférieure ou égale à :

  • 1000 €, pour l'aide juridictionnelle totale ;
  • comprise entre 1.001 et 1.500 €, pour l'aide juridictionnelle partielle.

A ces montants s'ajoutent 180 € pour chacune des deux premières personnes vivant au domicile du demandeur (enfants, conjoint, concubin ou partenaire d'un PACS) et 114 € à partir de la troisième.

Au 1er janvier 2016, tranche des ressources mensuelles / part prise en charge par l'aide juridictionnelle :

  • 1.001 - 1.182 € : 55 %
  • 1.183 - 1500 € : 25 %

Cependant, l'aide juridictionnelle peut être accordée à titre exceptionnel, même si les conditions de ressources ne sont pas remplies.

Accéder au simulateur pour vérifier si vous pouvez bénéficier de l'aide juridictionnelle.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : fhC7Yg

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

L'action à des fins de subsides : en savoir plus L'action à des fins de subsides : en savoir plus
L'enfant naturel dont la filiation naturelle n'est pas établie peut réclamer une aide matérielle sous forme de pension à celui qui a eu...
Qui s'occupera de l'enfant non reconnu par le père si la mère décède ? Qui s'occupera de l'enfant non reconnu par le père si la mère décède ?
Que faire pour mes enfants non reconnus par le père, si je décède ? S'il m'arrive quelque chose, que devient mon fils que le géniteur...
Les familles monoparentales et la précarité Les familles monoparentales et la précarité
Le nombre de familles monoparentales était, en 1999, d'1,5 millions en France, soit 20 % des familles. Depuis ces derniers chiffres...
Le Baptême civil ou parrainage civil Le Baptême civil ou parrainage civil
Le baptême civil ou le baptême républicain est destiné à faire entrer l'enfant dans la communauté républicaine et à le faire...
Les droits des grands parents Les droits des grands parents
L’article 371-4 alinéa premier du Code civil, issu de la loi du 04 mars 2002, dispose :L’enfant a le droit d’entretenir des...
L'autorité parentale : évolution en quelques dates L'autorité parentale : évolution en quelques dates
Depuis les années 1970, où une importante réforme de la famille avait été engagée, l’autorité parentale a beaucoup évolué, dans...