Vous êtes ici : La documentation de Parent Solo > Bibliothèque de Parent-Solo > Société - Sociologie > Combattre les petites philosophies du pénis de Sophie MARINOPOULOS

Combattre les petites philosophies du pénis de Sophie MARINOPOULOS

"Que veulent les femmes avec les hommes ? Que les hommes soient des femmes comme les autres ? Qu’ils les fassent jouir comme des hommes mais qu’ils leurs parlent comme des femmes ?"

La psychanalyste Sophie Marinopoulos tire la sonnette d’alarme sur la guerre des sexes qui gronde plus fort chaque jour. Du côté des hommes cela se traduit par des propos sexistes, des comportements transgressifs et d’abus à l’égard des femmes, comme si les revendications d’égalité des femmes étaient une attaque de leur intégrité, de leur identité masculine. Revendications féminines qui voient les femmes calquer un discours machiste, avec des propos agressifs réducteurs et réactionnels à l’égard des hommes, au nom d’une liberté bafouée. Plus que jamais les hommes et les femmes ne se comprennent pas, se font violence et multiplient les passages à l’acte au lieu de poser des actes citoyens ensemble.

Dans une société qui tente l’effacement de la différence des sexes et des générations, il semble de plus en plus périlleux de se supporter dans des places différenciées porteuses d’égalité, d’accepter ce que l’altérité induit dans nos rapports humains. L’altérophobie est en passe de devenir la maladie de notre siècle, son fléau.

Dans ce pamphlet vif et brillant Sophie Marinopoulos fustigent toutes ces petites philosophies du pénis, qui placent de manière très caricaturale la différence des sexes en dessous de la ceinture, alors qu’elle se situe dans notre propre rapport au manque donc à la parole. Ces petites violences ordinaires de regards sexistes en miroir sont tristement exacerbées dans des affaires médiatiques, telle l’actuelle affaire DSK qui a vu des postures caricaturales machistes et féministes.

Elle retrace le combat des femmes qui a conduit à l’éclosion du féminisme, qu’elle définit comme un état d’être. Il est question de transmission et elle recommande d’éduquer nos enfants à un esprit féministe qui doit pouvoir en toute circonstance reconnaitre nos droits égaux. Le féminisme n’est pas un parti politique, mais un mode de vie qui se signifie chaque jour. Le féminisme est une éducation précoce à la vie relationnelle qui est transmis par les mères et les pères ensemble, dans un souci commun du respect, de l’égalité, de la dignité, des droits.

(Les Liens qui Libèrent - 2 novembre 2011)

Sophie Marinopoulos est psychologue, psychanalyste. Elle est engagée pour la reconnaissance de la santé psychique. Dirige le service de la Prévention et de Promotion de la Santé Psychique (PPSP) à Nantes et de son lieu d’accueil parents-enfants "Les Pâtes au beurre". Elle a écrit de nombreux ouvrages dont Dans l’intime des mères, Le corps bavard, Dites-moi à quoi il joue je vous dirai comment il va et Elles accouchent et ne sont pas enceintes.

Acheter le livre

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : J7VW8u

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Laissez-nous faire ! de Alexandre Jardin Laissez-nous faire ! de Alexandre Jardin Avec cet essai, l'auteur bien connu des lecteurs de romans, nous parle du mouvement Bleu Blanc Zèbre qu'il a créé pour tendre vers une société civile adulte et solidaire, qui se poserait en...
  • Une approche positive de la rupture amoureuse Une approche positive de la rupture amoureuse Voici un livre, Rupture(s) de Claire Marin, qui offre une approche positive de la rupture, quelle qu'elle soit : amoureuse, ou issue de la naissance, de la maladie, du deuil, ainsi que de la...
  • La guerre des mères de Pascal LARDELLIER La guerre des mères de Pascal LARDELLIER Sur la base de plus d’une centaine de témoignages, cet ouvrage décrit de l’intérieur une nouvelle figure féminine typique de notre époque : la femme seule avec enfant(s). Entre colère et...
  • Dix ans en quarantaine de Pascale LEROY Dix ans en quarantaine de Pascale LEROY À 7 ans, on m’a dit que j’avais l’âge de raison et j’étais fière. À 18 ans, déclarée majeure, j’ai cru que j’étais adulte. À 33 ans, j’ai pensé que j’avais l’âge du...