Divorces de Florence EMPTAZ

Lorsque sa mère quitte le foyer, Florence assiste, impuissante, à l’effondrement de la cellule familiale. Ses repères bouleversés, c’est un quotidien à trois qu’il faut rebâtir sur les ruines, aux côtés d’un père abattu par la tristesse et d’une petite soeur, Camille, trop jeune pour s’en sortir indemne. Comment parvenir à se construire dans l’absence d’une mère et le renoncement d’un père ? Comment tolérer les angoisses grandissantes d’une fillette marquée à vie par le traumatisme de la fuite maternelle ? Et comment devenir mère à son tour ?

Après "Fête des mères", Florence Emptaz dresse, sans concession mais avec tendresse, le portrait de son père. Anéanti par le départ de sa femme, reclus, amer, parfois violent, il se plonge corps et âme dans le travail pour oublier. Oublier celle qu’il ne cesse d’aimer et qui ne reviendra pas. S’oublier soi. En même temps que les plaies peu à peu cicatrisent, l’ours s’humanise. Généreux, gourmand, présent, attentionné même, il tâche de poursuivre seul son chemin.

Sans pathos, avec une infinie sobriété et par le biais d’une langue droite et limpide, l’auteur se raconte et tente, en les esquissant, de comprendre les siens. Cette volonté de clarté, d’objectivité souveraine multiplie les nuances, approfondit les traits des personnages et évite le piège du manichéisme. Par la justesse de l’analyse humaine et la sensibilité de l’approche, Florence Emptaz transcende l’intime et le porte à l’universel. Et se précise, à mesure du récit, l’évidence d’un acte d’écriture salvateur qui vient panser les blessures et combler les silences.

(Editions Stock - 2 mars 2011)

Florence Emptaz est agrégée de Lettres. Auteur d’un essai, Aux pieds de Flaubert (Grasset) et d’un roman, Le Mangeur de chagrin (Le Riffle), elle signe ici la suite de son premier récit, Fête des mères (Stock), paru en 2009.

Acheter le livre

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : A4fux4

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig Julie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu est caissière dans un supermarché. Elle attire l'attention d'un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire. Généreux et désintéressé,...
  • De fils à fils de Bernardo TORO De fils à fils de Bernardo TORO "Si l'enfant que tu es me juge, je veux croire que l'homme que tu seras me comprendra. C'est à lui que je m'adresse, en lui que je trouve la force de pousser jusqu'au bout mon récit. Une...
  • Le théorème de Cupidon d'Agnès ABECASSIS Le théorème de Cupidon d'Agnès ABECASSIS THEOREME DE CUPIDON (Déf) : deux lignes parallèles ne se croisent jamais. Sauf si elles sont faites l'une pour l'autre.Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais fuit les histoires...
  • La femme et l'ours de Philippe JAENADA La femme et l'ours de Philippe JAENADA Jadis, Bix Sabaniego ne se couchait jamais avant l'aube. On parle d'un temps où il n'était pas marié et père de famille. C'est un révolté placide, un enragé doux qui se rêve en tigre (ou en...