Vous êtes ici : Les dossiers de Parent Solo > Dossiers juridiques sur la famille > Santé & Psychologie > La manipulation dans le couple et envers les enfants

La manipulation dans le couple et envers les enfants

Psychiatre, psychanalyste et victimologue, Marie-France Hirigoyen s'intéresse aux différentes formes d'emprise psychologiques. Elle reçoit dans son cabinet des victimes de harcèlement et de violences morales. Elle a publié en mai chez Oh éditions "Femmes sous emprise", un livre sur la manipulation dans le couple. Pour elle, la manipulation au sein d'une secte, d'un couple ou d'une famille est un même mécanisme. Elle décrit qui sont les manipulateurs, qui sont les manipulés. Elle explique les différentes phases dans la stratégie que mettent au point gourous, escrocs et autres manipulateurs.

Femmes sous emprise

Les agressions physiques dans le couple n'arrivent pas soudainement. Bien avant les bousculades et les coups, il y a une escalade de comportements abusifs et d'intimidations. La pire violence n'est pas la plus visible. Si les femmes ne partent pas, c'est qu'elles ont été piégées, mises sous emprise. Comprendre l'emprise, c'est aussi s'en déprendre.

Marie-France Hirigoyen, à partir de nombreux exemples, analyse les ressorts de la violence au sein du couple car il faut comprendre pour agir. Un livre utile et pratique qui permet d'intervenir très tôt, dès les premiers signes de violence psychologique, bien avant l'apparition de la violence physique.

Une stratégie, un piège

Que ce soit dans le domaine sectaire ou dans le domaine affectif, la manipulation répond toujours à un même mécanisme. Le but est de dominer, de mettre une ou plusieurs personnes sous son emprise, d'avoir à sa disposition quelqu'un dont on va faire ce qu'on veut, dont on va se servir comme une marionnette. Pour arriver à ses fins, le gourou ou le manipulateur en général met en place une véritable stratégie qui passe pas plusieurs étapes.

Dans un premier temps, on séduit la personne : on lui apporte beaucoup, dans le cadre du couple, on la bombarde d'amour, on lui dit que ça va être merveilleux, bref c'est une première phase de séduction comme du miel pour attirer une abeille. Ça ressemble à une séduction amoureuse, mais une séduction narcissique : le manipulateur se montre très beau, très protecteur, promet des tas de choses pour illusionner la personne. Il apparaît comme un prince charmant si c'est dans le cadre d'un couple et comme un sauveur dans cadre d'une secte.

Ensuite il y a une phase de déstabilisation, petit à petit, par des micro violences, par des procédés verbaux qui ne se voient pas. Il amène ça par des petites remarques, des attitudes de mépris envers sa cible, il lui dit une chose puis son contraire. Il sous-entend des critiques mais il ne les dit pas vraiment, ce qui fait que la personne n'est plus sûre. Ça l'amène à ne plus savoir, elle pense qu'elle est libre, mais petit à petit le manipulateur arrive à la faire penser comme il le veut, il lui impose son mode de fonctionnement. Finalement le manipulé a comme un alien dans la tête qui l'empêche de penser, son gourou pense à sa place. C'est une effraction dans son psychisme.

Puis, il y a un isolement de la personne. On l'éloigne notamment de son entourage en le critiquant, en disant qu'il n'apporte rien. Dans les sectes, bien souvent, on contrôle les communications, on surveille les téléphones. Dans le couple, le manipulateur va tenter de rendre son conjoint dépendant financièrement en prétextant de devoir lui retirer sa carte bleue, par exemple.

En alternant la séduction puis la menace, en disant une chose et son contraire, le manipulé en arrive à une confusion totale ; il est dans un état hypnotique imposé, dans un état second : il est comme observateur de ce qui lui arrive. Il fonctionne comme un zombie. Il pense comme son gourou ou son manipulateur. Il y a un conditionnement. Dans le couple, par exemple, instinctivement, on culpabilise l'autre, on le rend responsable de ce qui ne va pas, on le rabaisse en permanence. Le manipulé finit par ne plus avoir d'esprit critique.

Toutes ces étapes amènent finalement à une phase de dépendance : au fur et à mesure la personne manipulée s'habitue, trouve que c'est normal, elle va avoir besoin de cette relation, qui va devenir une sorte d'addiction.

Il y a ceux qui manipulent...

La manipulation est un procédé pervers : on ne peut pas dire qu'il y a un portrait type des manipulateurs mais il y a des traits de caractères communs à toutes ces personnes qui peuvent se transformer en "gourou". Ce sont souvent des personnes qui ont besoin de dominer, d'avoir une cour avec des sujets qui vont faire ce qu'il entend. Ils ont une image d'eux-mêmes grandiose, les autres ne sont pour eux que des pions utiles quand on en a besoin, et que l'on peut détruire quand on n'en a plus besoin. Ils n'ont aucune culpabilité de ce qu'ils font. Ils sont en revanche très habiles pour projeter la culpabilité. Ce sont des personnes très intelligentes et hyper adaptées à la société. Ils vont savoir être très efficaces, séducteurs, pro, ils ont une très bonne image à l'extérieur. Autrement dit, quand on les voit, on se dit : "il ne peut pas me vouloir de mal" et même "quelle chance j'ai qu'il m'ait choisi". Pour parler un peu psy, je dirais que les manipulateurs sont souvent des pervers narcissiques ou des paranoïaques (mais pas au sens pathologique du terme, c'est un trait de caractère).

...et ceux qui sont manipulés

On peut tous se faire manipuler face à un grand manipulateur. Un bon manipulateur peut toujours trouver le point faible de la personne, or nous avons tous un point faible. Mais il est clair que les manipulateurs choisissent surtout des personnes qui ont une certaine vulnérabilité. Cette dernière s'acquiert en fonction des limites qu'on a eues pendant l'enfance. Si nos parents nous ont appris à avoir confiance en soi, à savoir ce qui est bon et pas bon et à avoir confiance en son ressenti, en général, on est moins vulnérable à ce genre de stratégie. Mais si, dans l'enfance, on a été malmené, que l'on a eu que des repères flottants, si on a été très affaiblis ou rendus très vulnérables (agression, maltraitance, abandon, etc...) à une époque de son histoire, alors on ne va pas forcément savoir repérer à quel moment un comportement est trop intrusif. En général, les manipulés sont des personnes qui ne savent pas dire non. Par exemple, quand on recrute dans une secte, on va chercher la fragilité quelle qu'elle soit, on s'engouffre dans la brèche du moment : deuil, licenciement, souci d'argent. Les gourous s'attaquent aussi bien aux femmes qu'aux hommes, les uns ne sont donc pas plus faciles à manipuler que les autres. Mais dans le cadre du couple il y a plus de femmes sous emprise.

Comment faire tilt ?

Dans la famille, ce qui fait déclic pour se sortir d'une manipulation, c'est quand ça passe malheureusement à quelqu'un d'autre (quand ça s'attaque aux enfants par exemple), ou quand ça dépasse un certain seuil (violence physique).

Dans les sectes, c'est plus difficile, plus long pour en sortir, car on a été isolé du monde extérieur et de son entourage proche. Si quelqu'un dit quelque chose, c'est considéré comme une intrusion ou une persécution. La aussi, ce sont les seuils inacceptables qui peuvent faire réagir : abus sexuel, et parfois tentative de suicide collectif.

Sortir de l'emprise

Les conséquences de la manipulation sont les mêmes qu'il s'agisse du couple, de la secte ou de la famille. La principale séquelle est que très longtemps après la victime continue à se dire : "qu'est-ce qu'il aurait dit ?" ; elle a tendance à se replacer dans ce que son manipulateur aurait voulu, elle reste imprégnée. Une personne sortie d'une secte, qui va mieux, peut encore dire aujourd'hui : "Qu'est ce que le gourou pense de ça ?", et elle est même tentée de lui demander. C'est vraiment une addiction. Pour vous citer un exemple de cette dépendance : j'ai reçu une femme dont le mari était un escroc qui manipulait tout le monde dans le cadre de la famille. Quand elle a réussi à se séparer, elle s'est rendue compte que leur fils entrait dans une secte, comme s'il en avait besoin, comme s'il était dépendant de cette manipulation dans laquelle il avait grandi. C'est très difficile de sortir de l'emprise.

Les humiliations qui ont été subies ne s'oublient pas. La personne ne cesse de se poser la question "pourquoi j'ai accepté, comment j'ai pu faire, est-ce que c'est parce que je suis trop faible ?". Elles culpabilisent d'avoir été piégée et ont honte pendant très longtemps. Ces personnes vont devenir méfiantes. Une femme victime dans son couple va avoir une méfiance pour redémarrer un autre couple.

Les personnes qui sortent des sectes sont en qui-vive permanent : "qu'est ce qu'il me veut celui là ?" est une question qui les hante. Car ils se disent sans cesse : "puisque je me suis fait piéger une première fois, pourquoi cela ne recommencerait pas".

Enfin, les manipulés ont un sentiment de vide : pendant longtemps ils ont été téléguidés, il va falloir qu'ils réapprennent à penser par eux-mêmes. Ça nécessite une rééducation. Ils ont perdu les références.

Un enfant est une cible facile

Manipuler un enfant est beaucoup plus facile que manipuler un adulte. Un enfant est plus vulnérable, plus facile à modeler, à façonner. Le syndrome d'aliénation parental (SAP) consiste pour un parent à monter un enfant contre l'autre parent, l'accusant de violence ou même d'abus sexuel ou, de façon plus perfide, de ne rien dire d'évident mais de disqualifier en permanence l'autre parent auprès de l'enfant. Comme dans n'importe quelle manipulation le processus est le même : on apprend à l'enfant à penser autrement, et en l'occurrence à penser contre l'autre parent. Il s'ensuit d'interminables procédures : l'enfant ne veut soit-disant pas aller chez son père, ou sa mère, parce qu'en fait il est contrôlé par l'autre parent. Induire un SAP à un enfant est un abus émotionnel qui peut avoir des répercussions psychologiques graves pour l'enfant avec un sentiment de culpabilité provoqué par le fait qu'une fois adulte il réalise qu'il a été complice d'une injustice par rapport à l'autre parent. Mais il faut faire attention avant de poser un tel diagnostique de bien s'assurer que les accusations ne sont pas fondées.

Source : France 2 - Ca se discute "Comment tombe-t-on sous l'emprise d'un manipulateur ?" (26 mai 2005)

Acheter le livre

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : 8ziEx9

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

Comment et quoi dire aux enfants lors des changements familiaux ou sociaux Comment et quoi dire aux enfants lors des changements familiaux ou sociaux
Lorsque les parents font face à des changements de parcours familiaux ou sociaux, que faut-il dire et dans quelles mesures ? De nombreux...
Les différents psys, pédopsys, centre médico-psychologiques... Les différents psys, pédopsys, centre médico-psychologiques...
Les psys pour les adultesDans le jargon des "Psy…", il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Alors, si votre meilleure amie...
La kinésiologie, une technique psycho-corporelle pouvant aider La kinésiologie, une technique psycho-corporelle pouvant aider
Qu’est-ce que la kinésiologie ?La kinésiologie peut aider toutes personnes adultes ou enfants : lors de périodes de transitions, de...