Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Page 4 sur 21 PremièrePremière ... 2345678914 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 80 sur 407

Discussion: Coin Poésie

  1. #61
    Supra Solo Avatar de Terra
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    92
    Messages
    10 394
    Conversation
    Comment ça va sur la terre ?
    - Ça va ça va, ça va bien.
    Les petits chiens sont-ils prospères ?
    - Mon Dieu oui merci bien.
    Et les nuages ?
    - Ça flotte.
    Et les volcans ?
    - Ça mijote.
    Et les fleuves ?
    - Ça s'écoule.
    Et le temps
    - Ça se déroule.
    Et votre âme ?
    - Elle est malade
    Le printemps était trop vert
    elle a mangé trop de salade.

    Jean Tardieu
    Seuls les poissons morts vont avec le courant.

  2. #62
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Conte de fées

    Enfant
    je ne savais pas lire
    Maman était ma bibliothèque
    je lisais maman -

    Un jour
    Le monde sera en paix,
    L’homme sera capable de voler,
    Le blé poussera en pleine neige,
    L’argent ne servira à rien.
    L’or servira à faire des tuiles,
    Le papier-monnaie à tapisser les murs,
    Les pièces à faire des ronds dans l’eau.
    Je serai un jour le voyageur
    chevauchant une grue rose venant d’Égypte.
    Muni d’une pomme dorée
    et d’une bougie aux cheveux argentés,
    Je traverserai les pays de contes
    pour demander la main de la princesse
    de la Ville des friandises.

    Mais en attendant,
    Dit maman,
    On doit beaucoup travailler.

    Lu Yuan
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  3. #63
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Le Vrai

    Le Vrai toujours

    Est ce qui naît
 d’entre nous

    Et qui sans nous
 ne serait pas
    Né d’entre nous
    
Selon le souffle
du pur échange
    Le vrai toujours

    Est ce qui tremble

    Entre frayeur et appel
    Entre regard et silence.

    François Cheng
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  4. #64
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792


    Il n'y a qu'un homme et une femme assis sur un talus
    ou sur un tronc d'arbre qui puissent
    comprendre ça
    parce que tout ce qui est essentiel
    ne peut se comprendre qu'à deux
    on a mis nos chaussures chacun
    sur un plateau de la balance
    naturellement les siennes
    étaient plus légères
    tout s'est passé comme prévu
    au terme de quelques secondes les deux plateaux
    de la balance se sont stabilisés sur le même niveau
    alors nous avons ri comme des cabris
    nous avons jeté nos vêtements au sol et
    nous sommes partis dans la nuit
    vêtus d'utopie et de légende l'espoir
    et notre amour bouillaient au fil de nos veines
    Nous avons traversé des villes des plages des cimetières des mers
    des idées à peine ébauchées
    Nous avons fait des enfants
    nous les portions tour à tour dans nos bras
    une fois j'étais le père
    je cassais du bois pour le feu
    une fois j'étais la mère
    et je brassais la soupe
    elle ma rose du désert c'était pareillement
    lorsque nous sommes arrivés
    l'un devant la sépulture de l'autre
    ce fut un déchirement
    mais le vivant avait en lui
    la part de l'autre et les autres s'en rendaient compte
    Le mort préparait le trousseau de l'autre
    lui dressait son lit de brume tiède
    l'homme et la femme sont éternelle attente l'un de l'autre
    Tous les ruisseaux le disent.

    Jean-Pierre Rosnay
    Dernière modification par paolo ; 19/09/2014 à 07h08.
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  5. #65
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Pamela

    Elle mettait des slips tout bleus à ma fenêtre
    Et des p´tits éclairs voyous au fond de ses yeux
    Sa fermeture à glissière
    Fonçait comme le chemin de fer
    Elle passait comme Attila sur mon matelas

    Pamela Pamela
    C´est la môme que je préfère
    Evidemment faut se la faire
    Mais c´est une nana d´enfer

    Elle m´a demandé le chemin qui va nulle part
    Je lui ai dit ça tombe bien c´est là que je vais

    Pour notre premier rembour ce p´tit chameau
    Avait enfilé un pull trois tailles en dessous
    Son futal était serré
    Son slibar bien amarré
    Fallait carrément que j´attaque au chalumeau

    Elle est venue entre la poire et le chômage
    Visiter mon somptueux huit mètres carrés
    Elle entra dans mon boudoir
    Bien en retard sur ses nibards
    Elle me les braquait en plein dessus je me suis rendu

    Elle me pose ses deux seins j´en retiens un
    Je me dis j´aurais toujours l´autre pour demain
    Puis elle me roule une saucisse
    De quoi appeler la police
    Le genre de petit truc qui laisse des cicatrices

    Elle mettait des slips tout bleus à ma fenêtre
    Et des p´tits éclairs voyous au fond de ses yeux
    Sa fermeture à glissière
    Fonçait comme le chemin de fer
    Elle passait comme Attila sur mon matelas

    Pamela Pamela
    C´est la môme que je préfère
    Evidemment faut se la faire
    Mais c´est une nana d´enfer.

    Pierre Perret
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  6. #66
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Marina

    Marina c´est ma nana
    Toi mon p´tit gars
    Tu n´en auras pas
    Marina n´y touchez pas
    C´est ma nana
    Du vingt-six carats

    Elle me fait boire dans sa main
    Je broute les fleurs de sa robe
    Moi le minus moi le microbe
    Tout comme un roi mérovingien
    Cette môme elle a pas son pluriel
    Elle dit y a qu´toi qui m´déboulonne
    Faut en avoir dans la Sorbonne
    Pour vous sortir des trucs pareils

    Je suis mort dès que je l´attends
    J´ai du bourdon plein la crécelle
    Ah! comment font les tourterelles
    Qui ne s´approchent qu´au printemps
    Ses mots d´amour ça s´raconte pas
    Elle dit je t´aime je t´aime je t´aime
    J´en ai le souffle coupé tout de même
    Je me demande où elle va chercher tout ça

    Si tu meurs au ciel, fais pas escale
    Ils te prendraient pour la Sainte Vierge
    Tes belles mirettes et tes vingt berges
    Leur ferai perdre les pédales
    Satan nous guettera plutôt
    Vu qu´on a pas été trop sages
    Si tu pars je prendrai tes bagages
    Et avec toi le dernier métro.

    Pierre Perret
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  7. #67
    Super Solo Avatar de papou77
    Date d'inscription
    août 2010
    Messages
    3 789
    Tiens, je rebondis, tu m'as fait penser à celle là :

    Ma môme, ell' joue pas les starlettes
    Ell' met pas des lunettes
    De soleil
    Ell' pos' pas pour les magazines
    Ell' travaille en usine
    A Créteil

    Dans une banlieue surpeuplée
    On habite un meublé
    Elle et moi
    La fenêtre n'a qu'un carreau
    Qui donne sur l'entrepôt
    Et les toits

    On va pas à Saint-Paul-de-Vence
    On pass' tout's nos vacances
    A Saint-Ouen
    Comme famille on n'a qu'une marraine
    Quelque part en Lorraine
    Et c'est loin

    Mais ma môme elle a vingt-cinq berges
    Et j'crois bien qu'la Saint'Vierge
    Des églises
    N'a pas plus d'amour dans les yeux
    Et ne sourit pas mieux
    Quoi qu'on dise

    L'été quand la vill' s'ensommeille
    Chez nous y a du soleil
    Qui s'attarde
    Je pose ma tête sur ses reins
    Je prends douc'ment sa main
    Et j'la garde

    On s'dit toutes les choses qui nous viennent
    C'est beau comm' du Verlaine
    On dirait
    On regarde tomber le jour
    Et puis on fait l'amour
    En secret

    Jean Ferrat - Ma môme

  8. #68
    Super Solo Avatar de papou77
    Date d'inscription
    août 2010
    Messages
    3 789
    Tiens, en parlant de Jean Ferrat, une qui me fait toujours frissonner (me demandez pas pourquoi, j'en sais rien, ou alors ça vient de trop loin et j'ai pas envie d'expliquer, je me contente de frissonner) :

    Maria avait deux enfants
    Deux garçons dont elle était fière
    Et c'était bien la même chair
    Et c'était bien le même sang

    Ils grandirent sur cette terre
    Près de la Méditerrannée
    Ils grandirent dans la lumière
    Entre l'olive et l'oranger

    C'est presque au jour de leurs vingt ans
    Qu'éclata la guerre civile
    On vit l'Espagne rouge de sang
    Crier dans un monde immobile

    Les deux garçons de Maria
    N'étaient pas dans le même camp
    N'étaient pas du même combat
    L'un était rouge, et l'autre blanc

    Qui des deux tira le premier
    Le jour où les fusils parlèrent
    Et lequel des deux s'est tué
    Sur le corps tout chaud de son frère ?

    On ne sait pas. Tout ce qu'on sait
    C'est qu'on les retrouva ensemble
    Le blanc et le rouge mêlés
    A même les pierres et la cendre

    Si vous lui parlez de la guerre
    Si vous lui dites liberté
    Elle vous montrera la pierre
    Où ses enfants sont enterrés

    Maria avait deux enfants
    Deux garçons dont elle était fière
    Et c'était bien la même chair
    Et c'était bien le même sang

    Jean Ferrat - Maria

    (promis, pour le moment je suis sur des chansons, mais je mettrai des poèmes aussi, quand ça me prendra, d'ailleurs Paolo tu as déjà mis mes préférés de Prévert )

  9. #69
    Super Solo Avatar de catleya
    Date d'inscription
    août 2012
    Sexe
    Femme
    Localisation
    45
    Messages
    4 757
    La môme néant


    Quoi qu'a dit ? - A dit rin.
    Quoi qu'a fait ? - A fait rin.
    A quoi qu'a pense ? - A pense à rin.

    Pourquoi qu'a dit rin ?
    Pourquoi qu'a fait rin ?
    Pourquoi qu'a pense à rin ?

    - A' xiste pas.

    Tardieu
    Laisse tomber la neige, on fera des boules demain...

  10. #70
    Super Solo Avatar de catleya
    Date d'inscription
    août 2012
    Sexe
    Femme
    Localisation
    45
    Messages
    4 757
    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir connu
    Les chiens noirs du Mexique
    Qui dorment sans rêver
    Les singes à cul nu
    Dévoreurs de tropiques
    Les araignées d'argent
    Au nid truffé de bulles
    Je voudrais pas crever
    Sans savoir si la lune
    Sous son faux air de thune
    A un coté pointu
    Si le soleil est froid
    Si les quatre saisons
    Ne sont vraiment que quatre
    Sans avoir essayé
    De porter une robe
    Sur les grands boulevards
    Sans avoir regardé
    Dans un regard d'égout
    Sans avoir mis mon zobe
    Dans des coinstots bizarres
    Je voudrais pas finir
    Sans connaître la lèpre
    Ou les sept maladies
    Qu'on attrape là-bas
    Le bon ni le mauvais
    Ne me feraient de peine
    Si si si je savais
    Que j'en aurai l'étrenne
    Et il y a z aussi
    Tout ce que je connais
    Tout ce que j'apprécie
    Que je sais qui me plaît
    Le fond vert de la mer
    Où valsent les brins d'algues
    Sur le sable ondulé
    L'herbe grillée de juin
    La terre qui craquelle
    L'odeur des conifères
    Et les baisers de celle
    Que ceci que cela
    La belle que voilà
    Mon Ourson, l'Ursula
    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir usé
    Sa bouche avec ma bouche
    Son corps avec mes mains
    Le reste avec mes yeux
    J'en dis pas plus faut bien
    Rester révérencieux
    Je voudrais pas mourir
    Sans qu'on ait inventé
    Les roses éternelles
    La journée de deux heures
    La mer à la montagne
    La montagne à la mer
    La fin de la douleur
    Les journaux en couleur
    Tous les enfants contents
    Et tant de trucs encore
    Qui dorment dans les crânes
    Des géniaux ingénieurs
    Des jardiniers joviaux
    Des soucieux socialistes
    Des urbains urbanistes
    Et des pensifs penseurs
    Tant de choses à voir
    A voir et à z-entendre
    Tant de temps à attendre
    A chercher dans le noir
    Et moi je vois la fin
    Qui grouille et qui s'amène
    Avec sa gueule moche
    Et qui m'ouvre ses bras
    De grenouille bancroche
    Je voudrais pas crever
    Non monsieur non madame
    Avant d'avoir tâté
    Le goût qui me tourmente
    Le goût qu'est le plus fort
    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir goûté
    La saveur de la mort...

    B Vian
    Laisse tomber la neige, on fera des boules demain...

  11. #71
    Super Solo
    Date d'inscription
    mars 2011
    Messages
    2 910
    tiens...

    ce jour c'est l'ânniv d'un membre, EtreAnge35
    (H'ppy B'd touyou!)

    et du coup
    ça me fait penser à un pwem
    que l'on m'avait gentiment ici posté
    un second de Mars d'il y a deux années...


    Être Ange
    C’est Étrange
    Dit l’Ange
    Être Âne
    C’est étrâne
    Dit l’Âne
    Cela ne veut rien dire
    Dit l’Ange en haussant les ailes
    Pourtant
    Si étrange veut dire quelque chose
    étrâne est plus étrange qu’étrange
    dit l’Âne
    Étrange est !
    Dit l’Ange en tapant du pied
    Étranger vous-même
    Dit l’Âne
    Et il s’envole.


    Jacques PRÉVERT
    Recueil : "Fatras"

    j'en souris

    et j'ai une pensée pour toi, Tinny
    qui t'es retirée, et de là, et d'ici

    j'espère que tu vas bien


  12. #72
    Super Solo Avatar de vavas2000
    Date d'inscription
    février 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    13
    Messages
    1 750
    Citation Envoyé par paolo Voir le message
    Pamela

    Elle mettait des slips tout bleus à ma fenêtre
    Et des p´tits éclairs voyous au fond de ses yeux
    Sa fermeture à glissière
    Fonçait comme le chemin de fer
    Elle passait comme Attila sur mon matelas

    Pamela Pamela
    C´est la môme que je préfère
    Evidemment faut se la faire
    Mais c´est une nana d´enfer

    Elle m´a demandé le chemin qui va nulle part
    Je lui ai dit ça tombe bien c´est là que je vais

    Pour notre premier rembour ce p´tit chameau
    Avait enfilé un pull trois tailles en dessous
    Son futal était serré
    Son slibar bien amarré
    Fallait carrément que j´attaque au chalumeau

    Elle est venue entre la poire et le chômage
    Visiter mon somptueux huit mètres carrés
    Elle entra dans mon boudoir
    Bien en retard sur ses nibards
    Elle me les braquait en plein dessus je me suis rendu

    Elle me pose ses deux seins j´en retiens un
    Je me dis j´aurais toujours l´autre pour demain
    Puis elle me roule une saucisse
    De quoi appeler la police
    Le genre de petit truc qui laisse des cicatrices

    Elle mettait des slips tout bleus à ma fenêtre
    Et des p´tits éclairs voyous au fond de ses yeux
    Sa fermeture à glissière
    Fonçait comme le chemin de fer
    Elle passait comme Attila sur mon matelas

    Pamela Pamela
    C´est la môme que je préfère
    Evidemment faut se la faire
    Mais c´est une nana d´enfer.

    Pierre Perret
    Tiens, je vais la faire lire à ma soeur Paméla
    Vous savez ce que dit une Vavache quand elle meugle? ............. Coin Coin :)

  13. #73
    Super Solo Avatar de raphadele
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    92
    Messages
    3 201
    Un mot est mort quand il est dit
    disent certains -
    Moi je dis qu'il commence à vivre
    De ce jour là.

    Je paie - En espèces de soie -
    Ton prix - tu ne l'as pas fixé
    Un pétale par paragraphe
    Dirais-je à vue de nez.

    Emily Dickinson
    En chemin ...

  14. #74
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

    Les vœux de Jacques BREL, 1er janvier 1968 (Europe 1)

  15. #75
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
    Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue.
    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,
    Mais l'amour infini me montera dans l'âme ;
    Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
    Par la Nature, heureux- comme avec une femme.

    Arthur Rimbaud

  16. #76
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
    Et tu marchais souriante
    Épanouie ravie ruisselante
    Sous la pluie
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest
    Et je t'ai croisée rue de Siam
    Tu souriais
    Et moi je souriais de même
    Rappelle-toi Barbara
    Toi que je ne connaissais pas
    Toi qui ne me connaissais pas
    Rappelle-toi
    Rappelle-toi quand même ce jour-là
    N'oublie pas
    Un homme sous un porche s'abritait
    Et il a crié ton nom
    Barbara
    Et tu as couru vers lui sous la pluie
    Ruisselante ravie épanouie
    Et tu t'es jetée dans ses bras
    Rappelle-toi cela Barbara
    Et ne m'en veux pas si je te tutoie
    Je dis tu a tous ceux que j'aime
    Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
    Je dis tu a tous ceux qui s'aiment
    Même si je ne les connais pas
    Rappelle-toi Barbara
    N'oublie pas
    Cette pluie sage et heureuse
    Sur ton visage heureux
    Sur cette ville heureuse
    Cette pluie sur la mer
    Sur l'arsenal
    Sur le bateau d'Ouessant
    Oh Barbara
    Quelle connerie la guerre
    Qu'es-tu devenue maintenant
    Sous cette pluie de fer
    De feu d'acier de sang
    Et celui qui te serrait dans ses bras
    Amoureusement
    Est-il mort disparu ou bien encore vivant
    Oh Barbara
    Il pleut sans cesse sur Brest
    Comme il pleuvait avant
    Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
    C'est une pluie de deuil terrible et désolée
    Ce n'est même plus l'orage
    De fer d'acier de sang
    Tout simplement des nuages
    Qui crèvent comme des chiens
    Des chiens qui disparaissent
    Au fil de l'eau sur Brest
    Et vont pourrir au loin
    Au loin très loin de Brest
    Dont il ne reste rien.
    Jacques Prévert

  17. #77
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Il est terrible
    le petit bruit de l'oeuf dur cassé sur un comptoir d'étain
    il est terrible ce bruit
    quand il remue dans la mémoire de l'homme qui a faim
    elle est terrible aussi la tête de l'homme
    la tête de l'homme qui a faim
    quand il se regarde à six heures du matin
    dans la glace du grand magasin
    une tête couleur de poussière
    ce n'est pas sa tête pourtant qu'il regarde
    dans la vitrine de chez Potin
    il s'en fout de sa tête l'homme
    il n'y pense pas
    il songe
    il imagine une autre tête
    une tête de veau par exemple
    avec une sauce de vinaigre
    ou une tête de n'importe quoi qui se mange
    et il remue doucement la mâchoire
    doucement
    et il grince des dents doucement
    car le monde se paye sa tête
    et il ne peut rien contre ce monde
    et il compte sur ses doigts un deux trois
    un deux trois
    cela fait trois jours qu'il n'a pas mangé
    et il a beau se répéter depuis trois jours
    Ça ne peut pas durer
    ça dure
    trois jours
    trois nuits
    sans manger
    et derrière ce vitres
    ces pâtés ces bouteilles ces conserves
    poissons morts protégés par les boîtes
    boîtes protégées par les vitres
    vitres protégées par les flics
    flics protégés par la crainte
    que de barricades pour six malheureuses sardines..
    Un peu plus loin le bistrot
    café-crème et croissants chauds
    l'homme titube
    et dans l'intérieur de sa tête
    un brouillard de mots
    un brouillard de mots
    sardines à manger
    oeuf dur café-crème
    café arrosé rhum
    café-crème
    café-crème
    café-crime arrosé sang !...
    Un homme très estimé dans son quartier
    a été égorgé en plein jour
    l'assassin le vagabond lui a volé
    deux francs
    soit un café arrosé
    zéro franc soixante-dix
    deux tartines beurrées
    et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon.
    Jacques Prévert

  18. #78
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Déjeuner du matin
    Il a mis le café
    Dans la tasse
    Il a mis le lait
    Dans la tasse de café
    Il a mis le sucre
    Dans le café au lait
    Avec la petite cuiller
    Il a tourné
    Il a bu le café au lait
    Et il a reposé la tasse
    Sans me parler
    Il a allumé
    Une cigarette
    Il a fait des ronds
    Avec la fumée
    Il a mis les cendres
    Dans le cendrier
    Sans me parler
    Sans me regarder
    Il s'est levé
    Il a mis
    Son chapeau sur sa tête
    Il a mis son manteau de pluie
    Parce qu'il pleuvait
    Et il est parti
    Sous la pluie
    Sans une parole
    Sans me regarder
    Et moi j'ai pris
    Ma tête dans ma main
    Et j'ai pleuré

    Prévert Paroles

  19. #79
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Je te l'ai dit

    Je te l'ai dit pour les nuages,
    Je te l'ai dit pour l'arbre de la mer,
    Pour chaque vague, pour les oiseaux dans les feuilles,
    Pour les cailloux du bruit,
    Pour les mains familières,
    Pour l’oeil qui devient visage ou paysage
    Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur,
    Pour toute la nuit bue,
    Pour la grille des routes,
    Pour la fenêtre ouverte, pour un front découvert.
    Je te l'ai dit pour tes pensées, pour tes paroles :
    Toute caresse, toute confiance se survivent.

    Paul Eluard
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  20. #80
    Supra Solo Avatar de cath13
    Date d'inscription
    juin 2010
    Localisation
    Marseille (13)
    Messages
    6 661
    Je l'ai trouvée devant ma porte,
    Un soir, que je rentrais chez moi.
    Partout, elle me fait escorte.
    Elle est revenue, la voilà.

    La renifleuse des amours mortes.
    Elle m'a suivie, pas à pas.
    La garce, que le Diable l'emporte !
    Elle est revenue, elle est là.

    Avec sa gueule de carême
    Avec ses larges yeux cernés,
    Elle nous fait le cœur à la traîne,
    Elle nous fait le cœur à pleurer.

    Elle nous fait des matins blêmes
    Et de longues nuits désolées.
    La garce ! Elle nous ferait même
    L'hiver au plein cœur de l'été.

    Dans ta triste robe de moire
    Avec tes cheveux mal peignés,
    T'as la mine du désespoir,
    Tu n'es pas belle à regarder.

    Allez, va t-en porter ailleurs
    Ta triste gueule de l'ennui.
    Je n'ai pas le goût du malheur.
    Va t-en voir ailleurs si j'y suis !

    Je veux encore rouler des hanches,
    Je veux me saouler de printemps,
    Je veux m'en payer, des nuits blanches,
    A cœur qui bat, à cœur battant.

    Avant que sonne l'heure blême
    Et jusqu'à mon souffle dernier,
    Je veux encore dire "je t'aime"
    Et vouloir mourir d'aimer.

    Elle a dit : "Ouvre-moi ta porte.
    Je t'avais suivie pas à pas.
    Je sais que tes amours sont mortes.
    Je suis revenue, me voilà.

    Ils t'ont récité leurs poèmes.
    Tes beaux messieurs, tes beaux enfants,
    Tes faux Rimbaud, tes faux Verlaine.
    Eh ! bien, c'est fini, maintenant."

    Depuis, elle me fait des nuits blanches.
    Elle s'est pendue à mon cou,
    Elle s'est enroulée à mes hanches
    Elle se couche à mes genoux.

    Partout, elle me fait escorte
    Et elle me suit, pas à pas.
    Elle m'attend devant ma porte.
    Elle est revenue, elle est là,
    La solitude...

    Barbara
    "Excusez-moi, Thérèse, c'est une catastrophe !!!" - "Mais je ne vous jette pas la pierre, Pierre" :D

Discussions similaires

  1. Coin poésie !
    Par sweety dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 13
    Dernier message: 31/01/2015, 16h08
  2. Poésie de ma fille 9 ans 1/2
    Par sollina dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/12/2013, 14h38
  3. des dons de poésie ?
    Par pifpouf dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/04/2011, 07h18
  4. Amour et poésie...
    Par Paul dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 83
    Dernier message: 03/11/2009, 09h11
  5. Poésie du jour
    Par maki dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 31
    Dernier message: 24/03/2007, 17h53

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •