Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Page 18 sur 21 PremièrePremière ... 81314151617181920 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 341 à 360 sur 407

Discussion: Coin Poésie

  1. #341
    Super Solo
    Date d'inscription
    mai 2012
    Sexe
    Homme
    Localisation
    94
    Messages
    1 125
    Les assis (Rimbaud)

    Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues
    Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs,
    Le sinciput plaqué de hargnosités vagues
    Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ;

    Ils ont greffé dans des amours épileptiques
    Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs
    De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques
    S'entrelacent pour les matins et pour les soirs !

    Ces vieillards ont toujours fait tresse avec leurs sièges,
    Sentant les soleils vifs percaliser leur peau,
    Ou, les yeux à la vitre où se fanent les neiges,
    Tremblant du tremblement douloureux du crapaud.

    Et les Sièges leur ont des bontés : culottée
    De brun, la paille cède aux angles de leurs reins ;
    L'âme des vieux soleils s'allume, emmaillotée
    Dans ces tresses d'épis où fermentaient les grains.

    Et les Assis, genoux aux dents, verts pianistes,
    Les dix doigts sous leur siège aux rumeurs de tambour,
    S'écoutent clapoter des barcarolles tristes,
    Et leurs caboches vont dans des roulis d'amour.

    - Oh ! ne les faites pas lever ! C'est le naufrage...
    Ils surgissent, grondant comme des chats giflés,
    Ouvrant lentement leurs omoplates, ô rage !
    Tout leur pantalon bouffe à leurs reins boursouflés.

    Et vous les écoutez, cognant leurs têtes chauves,
    Aux murs sombres, plaquant et plaquant leurs pieds tors,
    Et leurs boutons d'habit sont des prunelles fauves
    Qui vous accrochent l'oeil du fond des corridors !

    Puis ils ont une main invisible qui tue :
    Au retour, leur regard filtre ce venin noir
    Qui charge l'oeil souffrant de la chienne battue,
    Et vous suez, pris dans un atroce entonnoir.

    Rassis, les poings noyés dans des manchettes sales,
    Ils songent à ceux-là qui les ont fait lever
    Et, de l'aurore au soir, des grappes d'amygdales
    Sous leurs mentons chétifs s'agitent à crever.

    Quand l'austère sommeil a baissé leurs visières,
    Ils rêvent sur leur bras de sièges fécondés,
    De vrais petits amours de chaises en lisière
    Par lesquelles de fiers bureaux seront bordés ;

    Des fleurs d'encre crachant des pollens en virgule
    Les bercent, le long des calices accroupis
    Tels qu'au fil des glaïeuls le vol des libellules
    - Et leur membre s'agace à des barbes d'épis.

  2. #342
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    LE GAS QU'A MAL TOURNE

    Dans les temps qu'j'allais à l'école,
    - Oùsqu'on m'vouèyait jamés bieaucoup, -
    Je n'voulais pâs en fout'e un coup ;
    J'm'en sauvais fér' des caberioles,
    Dénicher les nids des bissons,
    Sublailler, en becquant des mûres
    Qui m'barbouillin tout'la figure,
    Au yeu d'aller apprend' mes l'çons ;
    C'qui fait qu'un jour qu'j'étais en classe,
    (Tombait d' l'ieau, j'pouvions pâs m'prom'ner !)
    L'mét'e i'm'dit, en s'levant d' sa place :
    "Toué !... t'en vienras à mal tourner !"

    Il avait ben raison nout' mét'e,
    C't'houmm'-là, i'd'vait m'counnét' par coeur !
    J'ai trop voulu fére à ma tête
    Et ça m'a point porté bounheur ;
    J'ai trop aimé voulouér ét' lib'e
    Coumm' du temps qu' j'étais écoyier ;
    J'ai pâs pu t'ni' en équilib'e
    Dans eun'plac', dans un atéyier,
    Dans un burieau... ben qu'on n'y foute
    Pâs grand chous' de tout' la journée...
    J'ai enfilé la mauvais' route!
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    A c'tt' heur', tous mes copains d'école,
    Les ceuss' qu'appernin l'A B C
    Et qu'écoutin les bounn's paroles,
    l's sont casés, et ben casés !
    Gn'en a qui sont clercs de notaire,
    D'aut's qui sont commis épiciers,
    D'aut's qu'a les protections du maire
    Pour avouèr un post' d'empléyé...
    Ça s'léss' viv' coumm' moutons en plaine,
    Ça sait compter, pas raisounner !
    J'pense queuqu'foués... et ça m'fait d'la peine
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    Et pus tard, quand qu'i's s'ront en âge,
    Leu' barbe v'nu, leu' temps fini,
    l's vouéront à s'mett'e en ménage ;
    l's s'appont'ront un bon p'tit nid
    Oùsque vienra nicher l' ben-êt'e
    Avec eun' femm'... devant la Loué !
    Ça douét êt' bon d'la femme hounnête :
    Gn'a qu'les putains qui veul'nt ben d'moué.
    Et ça s'comprend, moué, j'ai pas d'rentes,
    Parsounn' n'a eun' dot à m'dounner,
    J'ai pas un méquier dont qu'on s'vante...
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    l's s'ront ben vus par tout l'village,
    Pasqu'i's gangn'ront pas mal d'argent
    A fér des p'tits tripatrouillages
    Au préjudic' des pauv'ers gens
    Ou ben à licher les darrières
    Des grouss'es légum's, des hauts placés.
    Et quand, qu'à la fin d'leu carrière,
    l's vouérront qu'i's ont ben assez
    Volé, liché pour pus ren n'fére,
    Tous les lichés, tous les ruinés
    Diront qu'i's ont fait leu's affères...
    Moué ! j's'rai un gâs qu'a mal tourné !

    C'est égal ! Si jamés je r'tourne
    Un joure r'prend' l'air du pat'lin
    Ousqu'à mon sujet les langu's tournent
    Qu'ça en est comm' des rou's d'moulin,
    Eh ben ! I' faura que j'leu dise
    Aux gâs r'tirés ou établis
    Qu'a pataugé dans la bêtise,
    La bassesse et la crapulerie
    Coumm' des vrais cochons qui pataugent,
    Faurâ qu' j'leu' dis' qu' j'ai pas mis l'nez
    Dans la pâté' sal' de leu-z-auge...
    Et qu'c'est pour ça qu'j'ai mal tourné !...


    Gaston Couté

    Retour aux oeuvres

    Apponter - S'apponter = Arranger - S'arranger.
    Atéyier = Atelier.
    Bisson = Buisson.
    Licher = Pour lècher, boire, avaler.
    Loués = Pour lois.
    Méquier = Métier.
    Qu'appernin = Pour " qui apprenaient ".
    Sublailler = Siffloter (de sublet pour sifflet, subler pour siffler).
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  3. #343
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    LE FOIN QUI PRESSE

    Ah ! Pour eun'bell' noc', c'était eun' bell' noce !...
    Y avait - oui, d'abord ! - eun' joli' mariée,
    Y avait d' la famill' des quat' coins d' la Bieauce,
    Offrant des coch'lins à plein's corbeillées !

    Y avait d'la mangeaille à s'en fout' ras là :
    Des tourt's à la sauce et des oies routies,
    Avec un bringand d' petit vin d' Saint-Y
    Qui r'montait d'avant le phylloxéra !

    Y avait !' vieux Pitance, un colleux d' bêtises,
    Et l' cousin Totor qu'est au. "Bon Marché"...
    Ah! ces Parisiens !... i's sont enragés :
    Des chansons à fer' pisser dans sa ch'mise !...

    Y avait des volé's d' jeuness's raquillantes
    Qui dansint en t'nant les gâs par el' cou ;
    Y avait d'l'amus'ment et d'la bounne entente,
    Des gens ben gaîtieaux, d'aucuns mêm' ben saouls !

    Ah! pour eun'bell'... Mais c'est fini, la noce !...
    Au r'vouer à tertous ! I' fait presque jour...
    Pitanc' s'est r'levé su' !' fumier d' la cour,
    Et les parents d' Bieauc' mont'nt dans leu's carrosses,

    Si ben qu'i's rest'nt pus qu' tous les deux, à c'tte heure,
    Ell', l'enfant gâtée élevée en ville,
    Et li l' grous farmier !... Dans la cour tranquille,
    Les coqs matineux saluent leu' bounheur...

    Et v'là la joli' marié' qui s'appresse
    En faisant ronron comme eun' tit' chatt' blanche
    Qui veut des lichad's et pis des caresses.
    Mais quoué don'?... Soun houmme est là... coumme eun' planche

    Piqué vis-à-vis le peignon d' sa grange,
    Il a r'luqué l'ciel d'eun air si étrange !
    C'est-y qu'i sarch'rait à lir' dans les nuages
    La bounne aventur' de leu' jeun' ménage ?...

    " Hé ! Pierr', - qu'a soupir' - c'est tout c' que tu contes ? "
    Mais li, s'emportant coumme eun' soupe au lait :
    " Non mais, r'garde don' un peu l' temps qu'i' fait,
    Couillett' ! Tu vois pas la hargne qui monte ?

    Ca va mouiller dur, et ça s'ra pas long !
    Mon foin, nom de guieu! qu'est pas en mulons !
    La mangeaille aux bêt's qui va êt' foutue !...
    En rout' ! Mulonnons avant qu' l'ieau sey' chue !

    Et la v'là parti', la marié' tout' blanche,
    Piétant dans son vouéle et ses falbalas,
    Portant su'l'épaule eun' fourche à deux branches,
    L'âm' tout' retourné' de se r'trouver là...

    Quand qu'il était v'nu, pour li fér' sa d'mande,
    Dans la p'tit' boutique où qu' mourait son coeur,
    Alle avait dit "oui", tout d' suite, sans attend'e,
    Se jitan vars li coumm' vars un sauveur.

    Alle avait dit "oui", songeant, sans malice,
    - Ell' dont l' corps brûlait à l'air des bieaux jours
    Qu' c'en était, des foués, coumme un vrai supplice - :
    "Quand on a eun houmme, on a de l'amour ! "

    Et la v'là fourchant le treufe incarnat,
    Sous l' désir féroce et l'aube mauvaise,
    - A'nhui, dret l' moment qu'a' d'vrait êt' ben aise,
    Coumme au Paradis, dans l' fin fond des draps -

    Pasque, auparavant que d'et' dev'nu' femme,
    All' est devenue eun' femm' de pésan
    Dont la vie est pris', coumm' dans un courant,
    Ent' le foin qui mouille et les vach's qui breument...

    Les tâch's, l'agrippant au creux de sa couette,
    Mang'ront les baisers su' l' bord de ses lév'es
    Et séch'ront son corps, tout chaud de jeun' sève,
    Qui tomb'ra pus fréd qu'eun arpent d' "guérouette".

    Les gésin's bomb'ront son doux ventrezieau,
    Les couch's râchiront sa pieau fine et pâle ;
    Et, vieille à trente ans, traînant ses sabiots,
    Abêti' d' travail, écoeurdée du mâle,

    All' aura pus d'yeux qu' pour vouér, à son tour,
    L' ciel nouér su' les prés couleur d'espérance,
    Esclav' de la Terr' jalous', qui coummence
    Par y voler sa premier' nuit d'amour...


    Gaston Couté

    Retour aux oeuvres

    A = Elle.
    Agripper - S'agripper = Atteindre - Se retenir.
    All' - Alle = Elle.
    Breumer = Mugir.
    Cochelins = Cadeaux de noce, parfois la dote même. (Primitivement : faïence de Nevers venue par le coche d'eau).
    Colleux = Pour collecteur. Homme qui connaît beaucoup de faits, d'histoires diverses souvent gaillardes à faire rire. Dans les campagnes beauceronnes, le "violoneux" était souvent cet homme-là.
    Dret = licite, permis, droit, juste (au moment où)
    Ecoeurdée = Ecoeurée, dégoûtée.
    Gésines = Les couches d'une femme.
    Guérouette = Terrain de peu de valeur, lieu-dit cadastral de mauvaises terres.
    Hargne = Averse subite et violente.
    Mulonner = Mettre en mulons, c'est-à-dire en petites meules pour que le foin sèche vite et à l'abri de la pluie.
    Râchir = Rendre la peau rêche et sèche, comme atteinte de " râche ", sorte d'eczéma.
    Raquillante = Vient du verbe Solognot raquiller, signifiant rattraper un objet au vol ; rapprocher de raquette dit le glossaire de H. Fillay. L'adjectif raquillante qualifie jeunesses et semble indiquer que ces jeunesses en joie, sinon rattrapent quelques galants, du moins sont très désireuses de les retenir.
    Sarcher = chercher, essayer
    Treufe incarnat = Le trèfle incamat, appelé plus communément, en Beauce, le " faraud ", dont la fleur est très rouge carmin (en Provence, il porte le nom de farouch ou farouche).
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  4. #344
    Super Solo Avatar de lonely53
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Bora Bora
    Messages
    2 770
    Par le temps que je prends pour ne penser qu'à toi
    Par mes rêves de jour où tu règnes en idole
    Par ton corps désiré de mon corps qui s'affole
    Et l'angoisse à l'idée que tu te joues de moi
    J'en déduis que je t'aime
    J'en déduis que je t'aime
    Faites de votre mieux et sachez que votre mieux change tous les jours.

  5. #345
    Super Solo Avatar de Melhy
    Date d'inscription
    janvier 2015
    Sexe
    Femme
    Localisation
    91
    Messages
    1 055
    Harmonie du Soir

    Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !

    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

    Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige,
    Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

    Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
    Du passé lumineux recueille tout vestige !
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige ...
    Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

    Charles Baudelaire
    « L’orage rajeunit les fleurs. » (C. Baudelaire )

  6. #346
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    L’amour fou

    La mer en vous comme un cadeau
    Et dans vos vagues enveloppée
    Tandis que de vos doigts glacés
    Vous m'inventez sur un seul mot
    O ma frégate des hauts-fonds
    Petite frangine du mal
    Remettez-vous de la passion
    Venez que je vous fasse mal
    Je vous dirai des mots d'amour
    Des mots de rien de tous les jours
    Les mots du pire et du meilleur
    Et puis des mots venus d'ailleurs
    Je vous dirai que je t'aimais
    Tu me diras que vous m'aimez
    Vous me ferez ce que tu peux
    Je vous dirai ce que tu veux
    Je vous dirai ce que tu veux

    Je vous aime d'amour

    Si t'as seize ans et des poussières
    A nous deux ça fait des années
    Que je prépare ma galère
    A te ramer à t'affoler
    Voilà que tu cherches ton bien
    Dans les vitrines de ma nuit
    Achète-moi je ne vaux rien
    Puisque l'amour n'a pas de prix
    Comme une louve sous son loup

    Quand je vous ferai des petits
    Vous banderez vos yeux jaloux
    Avec un loup de satin gris
    Tout comme est gris le jour qui va
    Petite soeur écoutez-moi
    Comme un bateau entre mes doigts
    Vous coulerez je vous le dois
    Vous coulerez je vous le dois

    Je vous aime d'amour

    Si la mort avait ton regard
    Je meurs ce soir sans regarder
    Et te demanderai ma part
    Au bord du vide et des baisers
    L'amour ça ne meurt que la nuit
    Alors habille-toi en moi
    Avec un peu de rouge aussi
    J'aurai ta mort entre mes bras
    Lorsque vous me mettrez en croix
    Dans votre forêt bien apprise
    Et que je boirai tout en bas
    La sève tant et tant promise
    Je vous engouffrerai de sang
    Pendant que vous serez charmée
    Et je vous donnerai l'enfant
    Que vous n'avez jamais été
    Que vous n'avez jamais été

    Je vous aime d'amour

    Léo Ferré
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  7. #347
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Les Mensonges D'un Père à Son Fils

    Le temps, petit Simon,
    Où tu m'arrivais à la taille
    Ça me semble encore tout à l'heure
    Mais déjà, tu m'arrives au coeur
    Pour toi commence la bataille

    Le temps, petit Simon,
    Que je te fasse un peu l'école
    Me semble venir aujourd'hui
    Redonne-moi de cet alcool
    Que je te parle de la vie

    Tu verras
    Les amis ne meurent pas
    Les enfants ne vous quittent pas
    Les enfants ne vous quittent pas
    Les femmes ne s'en vont pas

    Tu verras
    On rit bien sur la Terre
    Malbrough ne s'en va plus en guerre
    Il a fait la dernière
    Tu verras

    Et puis, petit Simon,
    Chez nous, personne ne vieillit
    Nous sommes là et ne crois pas
    Que nous partirons d'aujourd'hui
    Pour habiter dans autrefois

    L'amour, c'est tous les jours
    Qu'on le rencontre dans la vie
    Et rien ne passe et rien ne casse
    Redonne-moi de l'eau-de-vie
    A peine, à peine, voilà, merci

    Tu verras
    Les amis ne meurent pas
    Les enfants ne vous quittent pas
    Les femmes ne s'en vont pas

    Tu verras
    On rit bien sur la terre
    Malbrough ne s'en va plus en guerre
    Il a fait la dernière
    Tu verras

    Les femmes infidèles
    On les voit dans les aquarelles
    Elles vous querellent sous les ombrelles
    Dans la vie, ce ne sont pas les mêmes
    Elles nous aiment, elles nous aiment

    Un homme, petit Simon,
    Ce n'est jamais comme un navire
    Qu'on abandonne quand il chavire
    Et tout le monde quitte le bord
    Les femmes et les enfants d'abord

    Tu verras
    Les maisons ne meurent pas
    Les idées ne vous quittent pas
    Le coeur ne s'en va pas

    Tu verras
    Tu va suivre en beauté
    Les chemins de la liberté
    Tu vivras tu verras
    Comme moi

    Le temps, petit Simon,
    Où tu m'arrivais à la taille
    Ça me semble encore tout à l'heure
    Mais déjà, tu m'arrives au coeur
    Pour toi commence la bataille

    Alors, petit garçon,
    Moi qui t'aimais, toi qui m'aimais
    Souviens-toi que ton père avait
    Une sainte horreur du mensonge
    Une sainte horreur du mensonge

    Jean-Loup Dabadie
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  8. #348
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Sanguine

    La fermeture éclair a glissé sur tes reins

    Et tout l'orage heureux de ton corps amoureux

    Au beau milieu de l'ombre

    A éclaté soudain

    Et ta robe en tombant sur le parqué ciré

    N'a pas fait plus de bruit

    Qu'une écorce d'orange tombant sur un tapis

    Mais sous nos pieds

    Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins

    Sanguine

    Joli fruit

    La pointe de ton sein

    A tracé une nouvelle ligne de chance

    Dans le creux de ma main

    Sanguine

    Joli fruit

    Soleil de nuit.

    Jacques Prévert
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  9. #349
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Cet amour

    Cet amour
    Si violent
    Si fragile
    Si tendre
    Si désespéré
    Cet amour
    Beau comme le jour
    Et mauvais comme le temps
    Quand le temps est mauvais
    Cet amour si vrai
    Cet amour si beau
    Si heureux
    Si joyeux
    Et si dérisoire
    Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
    Et si sûr de lui
    Comme un homme tranquille dans la nuit
    Cet amour qui faisait peur aux autres
    Qui les faisait parler
    Qui les faisait blêmir
    Cet amour guetté
    Parce que nous le guettions
    Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
    Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
    Cet amour tout entier
    Si vivant encore et tout ensoleillé
    C'est le tien
    C'est le mien
    Celui qui a été
    Cette chose toujours nouvelle
    Et qui n'a pas changé
    Aussi vrai qu'une plante
    Aussi tremblant qu'un oiseau
    Aussi chaude aussi vivante que l'été
    Nous pouvons tout les deux
    Aller et revenir
    Nous pouvons oublier
    Et puis nous rendormir
    Nous réveiller souffrir vieillir
    Nous endormir encore
    Rêver à la mort
    Nous éveiller sourire et rire
    Et rajeunir
    Notre amour reste là
    Têtu comme une bourrique
    Vivant comme le désir
    Cruel comme le mémoire
    Bête comme les regrets
    Tendre comme le souvenir
    Froid comme le marbre
    Beau comme le jour
    Fragile comme un enfant
    Il nous regarde en souriant
    Et il nous parle sans rien dire
    Et moi je l'écoute en tremblant
    Et je crie
    Je crie pour toi
    Je crie pour moi
    Je te supplie
    Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment
    Et qui se sont aimés
    Oui je lui crie
    Pour toi pour moi et pour tout les autres
    Que je ne connais pas
    Reste là
    Là où tu es
    Là où tu étais autrefois
    Reste là
    Ne bouge pas
    Ne t'en vas pas
    Nous qui sommes aimés
    Nous t'avons oublier
    Toi ne nous oublie pas
    Nous n'avons que toi sur la terre
    Ne nous laisse pas devenir froids
    Beaucoup plus loin toujours
    Et n'importe où
    Donne nous signe de vie
    Beaucoup plus tard au coin d'un bois
    Dans la forêt de la mémoire
    Surgis soudain
    Tends nous la main
    Et sauve nous

    Jacques Prévert
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  10. #350
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    L’amour

    Quand y'a la mer et puis les chevaux
    Qui font des tours comme au ciné
    Mais que dans tes bras c'est bien plus beau
    Quand y'a la mer et puis les chevaux

    Quand la raison n'a plus raison
    Et que nos yeux jouent à se renverser
    Et qu'on ne sait plus qui est le patron
    Quand la raison n'a plus raison

    Quand on raterait la fin du monde
    Et qu'on vendrait l'éternité
    Pour cette éternelle seconde
    Quand on raterait la fin du monde

    Quand le diable nous voit pâlir
    Quand y'a plus moyen de dessiner
    La fleur d'amour qui va s'ouvrir

    Quand la machine a démarré
    Quand on ne sait plus bien où l'on est
    Et qu'on attend ce qui va se passer

    ... je t'aime !


    Léo Ferré
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  11. #351
    Super Solo Avatar de Melhy
    Date d'inscription
    janvier 2015
    Sexe
    Femme
    Localisation
    91
    Messages
    1 055
    Désirs

    Le rêve pour les uns serait d’avoir des ailes,
    De monter dans l’espace en poussant de grands cris,
    De prendre entre leurs doigts les souples hirondelles,
    Et de se perdre, au soir, dans les cieux assombris.

    D’autres voudraient pouvoir écraser des poitrines
    En refermant dessus leurs deux bras écartés ;
    Et, sans ployer des reins, les prenant aux narines,
    Arrêter d’un seul coup les chevaux emportés.

    Moi ; ce que j’aimerais, c’est la beauté charnelle :
    Je voudrais être beau comme les anciens dieux,
    Et qu’il restât aux coeurs une flamme éternelle
    Au lointain souvenir de mon corps radieux.

    Je voudrais que pour moi nulle ne restât sage,
    Choisir l’une aujourd’hui, prendre l’autre demain ;
    Car j’aimerais cueillir l’amour sur mon passage,
    Comme on cueille des fruits en étendant la main.

    Ils ont, en y mordant, des saveurs différentes ;
    Ces arômes divers nous les rendent plus doux.
    J’aimerais promener mes caresses errantes
    Des fronts en cheveux noirs aux fronts en cheveux roux.

    J’adorerais surtout les rencontres des rues,
    Ces ardeurs de la chair que déchaîne un regard,
    Les conquêtes d’une heure aussitôt disparues,
    Les baisers échangés au seul gré du hasard.

    Je voudrais au matin voir s’éveiller la brune
    Qui vous tient étranglé dans l’étau de ses bras ;
    Et, le soir, écouter le mot que dit tout bas
    La blonde dont le front s’argente au clair de lune.

    Puis, sans un trouble au coeur, sans un regret mordant,
    Partir d’un pied léger vers une autre chimère.
    - Il faut dans ces fruits-là ne mettre que la dent :
    On trouverait au fond une saveur amère.

    Guy de Maupassant, Des vers
    « L’orage rajeunit les fleurs. » (C. Baudelaire )

  12. #352
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Chanson de l’étranger



    Je suis à la recherche
    d’un homme que je ne connais pas,
    qui jamais ne fut tant moi-même
    que depuis que je le cherche.
    A-t-il mes yeux, mes mains
    et toutes ces pensées pareilles
    aux épaves de ce temps ?
    Saison des mille naufrages,
    la mer cesse d’être la mer
    devenue l’eau glacée des tombes.
    Mais, plus loin, qui sait plus loin ?
    Une fillette chante à reculons
    et règne la nuit sur les arbres,
    bergère au milieu des moutons.
    Arrachez la soif au grain de sel
    qu’aucune boisson ne désaltère.
    Avec les pierres, un monde se ronge
    d’être, comme moi, de nulle part.

    Edmond Jabès
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  13. #353
    Super Solo Avatar de lonely53
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Bora Bora
    Messages
    2 770
    Je t’imagine alors dans mes songes que tu émailles chaque nuit
    Découvrant ton corps en feu, dans la pénombre de ton lit,
    Mes baisers aromatisés de ma candeur retrouvée
    Posés délicatement sur ta peau blanche et satinée.
    Faites de votre mieux et sachez que votre mieux change tous les jours.

  14. #354
    Super Solo Avatar de Melhy
    Date d'inscription
    janvier 2015
    Sexe
    Femme
    Localisation
    91
    Messages
    1 055
    Crépuscule



    Frôlée par les ombres des morts
    Sur l'herbe où le jour s'exténue
    L'arlequine s'est mise nue
    Et dans l'étang mire son corps

    Un charlatan crépusculaire
    Vante les tours que l'on va faire
    Le ciel sans teinte est constellé
    D'astres pâles comme du lait

    Sur les trétaux l'arlequin blême
    Salue d'abord les spectateurs
    Des sorciers venus de Bohême
    Quelques fées et les enchanteurs

    Ayant décroché une étoile
    Il la manie à bras tendu
    Tandis que des pieds un pendu
    Sonne en mesure les cymbales

    L'aveugle berce un bel enfant
    La biche passe avec ses faons
    Le nain regarde d'un air triste
    Grandir l'arlequin trismégiste

    G. Apollinaire
    « L’orage rajeunit les fleurs. » (C. Baudelaire )

  15. #355
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Les fruits du corps

    Dans les fruits du corps
    tout est bon
    La peau
    le jus
    la chair
    Même les noyaux

    sont délicieux

    Misérables hypocrites
    qui montez au lit

    du pied droit
    et invoquez le nom de Dieu

    avant de copuler

    De la porte

    donnant sur le plaisir

    vous ne connaîtrez

    que le trou aveugle

    de la serrure

    Je peine à lire
    les traités d’érotologie

    La gymnastique m’ennuie
    Si l’amour

    n’était pas
    création

    œuvre personnelle

    j’aurais déserté son école.


    Abdelatif Laâbi
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  16. #356
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Ecris la vie

    La terre est si patiente

    Elle attend son chantre

    qui tarde un peu

    puis se présente

    Beau flatteur

    il se fait vite pardonner

    C’est qu’il est un peu musicien

    et peintre mettant la main à la pâte
    avec des mots

    qui connaissent le chemin du cœur

    Le voici

    entonnant avec des accents sincères
    sa vieille antienne
    que la terre fait semblant

    d’entendre
    pour la première fois

    La vie s’ingénie

    aux offrandes inestimées
    et pour les recevoir de sa main
    mieux vaut être averti
    de l’intention
    
du code de la cérémonie
    
des ablutions morales
    
devant être accomplies
    
des mots de trop
    
— comme ces stupides merci
    —
de la délicatesse du geste
    
et de la révérence digne
    
Et puis
    
au moment de se retirer
    
surtout ne pas se précipiter
    
comme ces vainqueurs qui n’ont d’autre hâte
    
que d’aller exhiber à la foule des frustrés
    
leur trophée

    C’est une maison
    où nous avons reçu à profusion
    la saveur et l’odeur des êtres
    les couleurs tactiles des éléments
    la beauté pudique des arbres
    Nous y avons mangé de préférence
    avec l’étranger
    bu avec le commensal le plus désespéré
    et veillé de nuit comme de jour
    avec nos fantômes avisés
    Nous y avons conçu les enfants libres
    de nos rêves
    Tout cela
    en gardant une oreille suspendue à la porte
    pour capter les pas hésitants
    de l’inespéré.


    Abdelatif Laâbi
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  17. #357
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Tous les déchirements

    Cette lumière
    n’est pas à décrire

    elle se boit

    ou se mange

    Le jaune attend le bleu

    qui s’attarde avec le vert
    le blanc sourit

    à cette scène ordinaire

    du dépit amoureux

    Habiter son corps

    n’est pas aisé

    c’est une maison hantée

    un champ de mines
    Il faudrait pouvoir le louer
    juste pour des vacances

    Habiter son corps

    n’est pas aisé

    c’est une maison hantée
    un champ de mines
    Il faudrait pouvoir le louer

    juste pour des vacances

    La rosée

    ce n’est que de l’eau

    mais c’est une eau amoureuse

    Je ne le nie pas
    l’écriture est un luxe

    mais c’est le seul luxe

    où l’homme
    n’exploite que lui-même

    Le prophète détruit les idoles
    le tyran
    édifie des statues

    J’ouvre la fenêtre

    de mon jardin secret
    Les prédateurs ont tout saccagé
    ils ont emporté
    jusqu’au secret de mon jardin

    Souvent
    je me sens diminué
    fautif quelque part
    quand on vient me féliciter

    Je n’attends rien de la vie
    je vais

    à sa rencontre


    Abdelatif Laâbi
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  18. #358
    Super Solo Avatar de Melhy
    Date d'inscription
    janvier 2015
    Sexe
    Femme
    Localisation
    91
    Messages
    1 055
    La musique

    La musique souvent me prend comme une mer !
    Vers ma pâle étoile,
    Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
    Je mets à la voile ;

    La poitrine en avant et les poumons gonflés
    Comme de la toile,
    J’escalade le dos des flots amoncelés
    Que la nuit me voile ;

    Je sens vibrer en moi toutes les passions
    D’un vaisseau qui souffre ;
    Le bon vent, la tempête et ses convulsions

    Sur l’immense gouffre
    Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir
    De mon désespoir !

    C. BAUDELAIRE
    « L’orage rajeunit les fleurs. » (C. Baudelaire )

  19. #359
    Super Solo Avatar de Melhy
    Date d'inscription
    janvier 2015
    Sexe
    Femme
    Localisation
    91
    Messages
    1 055
    Soleil d’été

    Soleil d’été
    Tu viens caresser ma peau
    c’est la plus douce des sensations
    que je puisse sentir

    Soleil d’été
    Tu illumines les jours les plus beaux
    et le chemin des passions
    à venir

    Soleil d’été
    Tu te couches à l’horizon
    au dessus d’une mer qui ne peut
    que rougir

    Soleil d’été
    Tu brilles avec l’Amour
    comme si l’éternité était avant
    l’Avenir

    Elodie Santos
    « L’orage rajeunit les fleurs. » (C. Baudelaire )

  20. #360
    Petit Solo Avatar de Aomamé
    Date d'inscription
    mars 2015
    Sexe
    Femme
    Messages
    213
    Il n’y a pas d’amour heureux

    Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
    Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
    Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
    Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
    Sa vie est un étrange et douloureux divorce
    Il n’y a pas d’amour heureux

    Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
    Qu’on avait habillés pour un autre destin
    A quoi peut leur servir de se lever matin
    Eux qu’on retrouve au soir désoeuvrés incertains
    Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
    Il n’y a pas d’amour heureux

    Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
    Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
    Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
    Répétant après moi les mots que j’ai tressés
    Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
    Il n’y a pas d’amour heureux

    Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
    Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson
    Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
    Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
    Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
    Il n’y a pas d’amour heureux

    Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
    Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
    Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
    Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
    Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs
    Il n’y a pas d’amour heureux
    Mais c’est notre amour à tous les deux

    Louis Aragon, La Diane Française (1946)

Discussions similaires

  1. Coin poésie !
    Par sweety dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 13
    Dernier message: 31/01/2015, 17h08
  2. Poésie de ma fille 9 ans 1/2
    Par sollina dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/12/2013, 15h38
  3. des dons de poésie ?
    Par pifpouf dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/04/2011, 08h18
  4. Amour et poésie...
    Par Paul dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 83
    Dernier message: 03/11/2009, 10h11
  5. Poésie du jour
    Par maki dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 31
    Dernier message: 24/03/2007, 18h53

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •