Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Page 14 sur 21 PremièrePremière ... 4910111213141516171819 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 261 à 280 sur 407

Discussion: Coin Poésie

  1. #261
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Orly


    Ils sont plus de deux mille
    Et je ne vois qu´eux deux
    La pluie les a soudés,
    Semble-t-il, l´un à l´autre
    Ils sont plus de deux mille
    Et je ne vois qu´eux deux
    Et je les sais qui parlent
    Il doit lui dire « Je t´aime! »
    Elle doit lui dire « Je t´aime! »
    Je crois qu´ils sont en train
    De ne rien se promettre
    Ces deux-là sont trop maigres
    Pour être malhonnêtes

    Ils sont plus de deux mille
    Et je ne vois qu´eux deux
    Et brusquement, il pleure
    Il pleure à gros bouillons
    Tout entourés qu´ils sont
    D´adipeux en sueur
    Et de bouffeurs d´espoir
    Qui les montrent du nez
    Mais ces deux déchirés
    Superbes de chagrin
    Abandonnent aux chiens
    L´exploit de les juger

    La vie ne fait pas de cadeau
    Et nom de Dieu c’est triste
    Orly, le dimanche,
    Avec ou sans Bécaud!

    Et maintenant, ils pleurent
    Je veux dire tous les deux
    Tout à l´heure c´était lui
    Lorsque je disais "il"
    Tout encastrés qu´ils sont
    Ils n´entendent plus rien
    Que les sanglots de l´autre
    Et puis
    Et puis infiniment
    Comme deux corps qui prient
    Infiniment, lentement,
    Ces deux corps se séparent
    Et en se séparant
    Ces deux corps se déchirent
    Et je vous jure qu´ils crient
    Et puis, ils se reprennent
    Redeviennent un seul
    Redeviennent le feu
    Et puis, se redéchirent
    Se tiennent par les yeux
    Et puis, en reculant
    Comme la mer se retire,
    Il consomme l´adieu
    Il bave quelques mots
    Agite une vague main
    Et brusquement, il fuit
    Fuit sans se retourner
    Et puis, il disparaît
    Bouffé par l´escalier

    La vie ne fait pas de cadeau
    Et nom de Dieu c´est triste
    Orly, le dimanche,
    Avec ou sans Bécaud!

    Et puis, il disparaît
    Bouffé par l´escalier
    Et elle, elle reste là
    Cœur en croix, bouche ouverte
    Sans un cri, sans un mot
    Elle connaît sa mort
    Elle vient de la croiser
    Voilà qu´elle se retourne
    Et se retourne encore
    Ses bras vont jusqu´à terre
    Ça y est! Elle a mille ans
    La porte est refermée
    La voilà sans lumière
    Elle tourne sur elle-même
    Et déjà elle sait
    Qu´elle tournera toujours
    Elle a perdu des hommes
    Mais là, elle perd l´amour
    L´amour le lui a dit
    Revoilà l´inutile
    Elle vivra de projets
    Qui ne feront qu´attendre
    La revoilà fragile
    Avant que d´être à vendre

    Je suis là, je la suis
    Je n´ose rien pour elle
    Que la foule grignote
    Comme un quelconque fruit.


    Jacques Brel
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  2. #262
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Le géranium


    Une autre fois
    Rappelle-toi
    Nous n´étions pas ensemble
    Où étais-tu?
    Je ne sais plus
    Les villes se ressemblent,
    Se ressemblent quand on s´ennuie
    Et quand on égrène les nuits

    Puis un matin
    Je me souviens
    Je reçus une lettre
    Disant : Viens donc
    Cette maison
    Va te plaire peut-être

    Tu montes jusqu´au géranium
    Et tu pousses la porte
    Sa fleur est rouge et fraîche comme
    L´amour que je te porte
    Et si je dors, réveille-moi {x2}

    J´en ai rêvé
    Puis j´ai trouvé
    La maison sans encombre
    Et l´escalier
    Tout enroulé
    Sur une fraîcheur sombre
    Il y glissait une clarté
    Comme aux plus beaux matins d´été

    Puis j´ai grimpé
    Tout occupée
    De ce dernier étage
    Où tu dormais
    Toi, mon secret
    Le but de mon voyage

    Je monte jusqu´au géranium
    C´est vrai que je le trouve
    Sa fleur est rouge et fraîche comme
    Le bonheur que j´éprouve
    Et si tu dors, réveille-toi
    Oh! Si tu dors, réveille-toi

    Et c´est ainsi
    Que - Dieu merci -
    Furent ces retrouvailles
    La ville autour
    De nos amours
    Enroulait ses murailles
    N´avons pas revécu depuis
    Ces journées rondes comme un puits

    Si nous trouvons
    Une maison
    Pour y vieillir ensemble
    Qu´à celle-là
    De l´autre fois
    Si peu elle ressemble

    Nous garderons le géranium
    Posé devant la porte
    Sa fleur est rouge et fraîche comme
    L´amour que l´on se porte
    Et s´il s´endort, va, ne crains rien
    Car nous le réveillerons bien.


    Anne Sylvestre
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  3. #263
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Ah l'amour l'amour


    L´amour c´est sale, ça fait désordre
    Quand ça nous donne envie de mordre
    Dans les fruits sans les éplucher
    Ça nous oblige à trébucher
    Sur les beaux z´animaux qui passent
    Un sourire idiot sur la face

    T´es jeune t´es belle t´es pas méchante
    Et en plus t´es z´intelligente
    Mais faut qu´j´te dise
    Que tu m´épuises
    J´veux pas de gondole à Venise


    Ah l´amour l´amour l´amour l´amour
    Toujours est de plus en plus court
    Ah l´amour l´amour l´amour l´amour
    Toujours est de plus en plus lourd

    L´amour c´est gros et c´est pas propre
    Ça s´exaspère et ça galope
    Ça se mouche dans des billets doux
    Ça patauge, ça fait des remous
    Et ça promet, ça se parjure
    Ça collectionne les bavures

    T´es vieux t´as un gros nez du ventre
    Tes cheveux suivent la mauvaise pente
    Mais tu m´épates
    Mais tu m´éclates
    Avec toi je me fends la rate


    L´amour ça n´a rien de convenable
    Ça met les coudes sur la table
    Ça oublie tout, ça perd ses clés
    Ça s´en va du mauvais côté
    Ça couche, mais ça dit pas je t´aime
    Les mots, ça lui pose un problème

    T´es vieille, t´es grosse, et puis t´es moche
    Mais des sous, t´en as plein les poches
    Faut qu´on s´arrange
    Qu´est-ce que ça change?
    Après tout on n´est pas des anges


    Mais l´amour c´est un mille-feuilles
    Un pissenlit quand on le cueille
    On peut bien l´envoyer prom´ner
    Avec du sucre sur le nez
    Il revient couvert de paillettes
    Un oranger dans sa braguette

    T´es beau, t´es belle, tu m´entourloupes
    Que j´sois damnée si je te loupe
    Tu m´ensorcelles
    C´est pas nickel
    Mais on peut croire au Père Noël.


    Anne Sylvestre
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  4. #264
    Moyen Solo Avatar de badaron
    Date d'inscription
    mai 2011
    Sexe
    Homme
    Localisation
    RP
    Messages
    578
    Bonne année à tous les PS !
    En guise de carte de voeux ces quelques mots de Paul Valery

    J’ai, quelque jour, dans l’Océan,
    (mais je ne sais plus sous quels cieux),
    Jeté, comme offrande au néant,
    Tout un peu de vin précieux…


    Versons, versons, il en restera toujours quelque chose.
    "Rien de trop"

  5. #265
    Visiteur
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Sexe
    Femme
    Localisation
    77
    Messages
    8 942
    Citation Envoyé par paolo Voir le message
    Les Marquises


    Ils parlent de la mort comme tu parles d'un fruit
    Ils regardent la mer comme tu regardes un puits

    Les femmes sont lascives au soleil redouté
    et s'il n'y a pas d'hiver cela n'est pas l'été

    La pluie est traversière elle bat de grain en grain
    Quelques vieux chevaux blancs qui fredonnent Gauguin

    Et par manque de brise le temps s'immobilise
    Aux Marquises

    Du soir montent des feux et des points de silence
    Qui vont s'élargissant et la lune s'avance

    Et la mer se déchire infiniment brisée
    Par des rochers qui prirent des prénoms affolés

    Et puis plus loin des chiens des chants de repentance
    Et quelques pas de deux et quelques pas de danse

    Et la nuit est soumise et l'alizé se brise
    Aux Marquises

    Le rire est dans le coeur le mot dans le regard
    Le coeur est voyageur l'avenir est au hasard

    Et passent des cocotiers qui écrivent des chants d'amour
    Que les soeurs d'alentour ignorent d'ignorer

    Les pirogues s'en vont les pirogues s'en viennent
    Et mes souvenirs deviennent ce que les vieux en font

    Veux tu que je te dise gémir n'est pas de mise
    Aux Marquises.


    Jacques Brel

    Ma préférée de Jacques Brel, une tension tragique qui me donne la chair de poule à chaque fois.....

  6. #266
    Visiteur
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Sexe
    Femme
    Localisation
    77
    Messages
    8 942
    L'amour est une si belle source d'inspiration.

    Merci pour tous ces poèmes Paolo, aimer est une folie douce à laquelle je tiens.

    Belle journée mon ami !

  7. #267
    Super Solo Avatar de sweety
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    78
    Messages
    3 574
    On a trempé de bleu les courbes de la rivière, écrasé au-dessus le bourdon d'un soleil joufflu. On a hésité sur l'endroit des tuiles rouges. Deux éclatants sourires ont punaisé le coloriage.

    (...)

    Extrait de "Marche ou rêve"
    Dans "Les dérives immobiles", Jean-Pierre Sautreau, autour des toiles de Jean-François Bourasseau.


  8. #268
    Moyen Solo Avatar de Karyna
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    Eure-Et-Loir (28)
    Messages
    411
    Meilleurs voeux à tous, je reste dans mon registre : L'amour, l'amour...

    J’étais à toi peut-être avant de t’avoir vu.
    Ma vie, en se formant, fut promise à la tienne ;
    Ton nom m’en avertit par un trouble imprévu,
    Ton âme s’y cachait pour éveiller la mienne.
    Je l’entendis un jour, et je perdis la voix ;
    Je l’écoutai longtemps, j’oubliai de répondre.
    Mon être avec le tien venait de se confondre,
    Je crus qu’on m’appelait pour la première fois.

    Savais-tu ce prodige ? Eh bien, sans te connaître,
    J’ai deviné par lui mon amant et mon maître ;
    Et je le reconnus dans tes premiers accents,
    Quand tu vins éclairer mes beaux jours languissants.
    Ta voix me fit pâlir, et mes yeux se baissèrent ;
    Dans un regard muet nos âmes s’embrassèrent ;
    Au fond de ce regard ton nom se révéla,
    Et sans le demander j’avais dit : Le voilà !

    Dès lors il ressaisit mon oreille étonnée ;
    Elle y devint soumise, elle y fut enchaînée.
    Comme un timbre vivant, l’écho du souvenir
    Appelait par ton nom l’écho de l’avenir.
    Je le lisais partout, ce nom rempli de charmes,
    Et je le relisais, et je versais des larmes.1
    D’un éloge enchanteur toujours environné,
    À mes yeux éblouis il s’offrait couronné.
    Je l’écrivais… bientôt je n’osai plus l’écrire,
    Et mon timide amour le changeait en sourire.
    Il me cherchait la nuit, il berçait mon sommeil ;
    Il résonnait encore autour de mon réveil ;
    Il errait dans mon souffle, et lorsque je soupire
    C’est lui qui me caresse et que mon cœur respire.

    Nom chéri ! nom charmant ! oracle de mon sort !
    Hélas ! que tu me plais, que ta grâce me touche !
    Tu m’annonças la vie, et, mêlé dans la mort,
    Comme un dernier baiser tu fermeras ma bouche.


    Marceline Desbordes-Valmore — Élégies
    "Le goût est à l'esprit ce que la sensibilité est à l'âme"
    Citation de Adrien Destailleur

  9. #269
    Super Solo Avatar de catleya
    Date d'inscription
    août 2012
    Sexe
    Femme
    Localisation
    45
    Messages
    4 757
    Regarde

    Regarde :
    Quelque chose a changé.
    L'air semble plus léger.
    C'est indéfinissable.

    Regarde :
    Sous ce ciel déchiré,
    Tout s'est ensoleillé.
    C'est indéfinissable.

    Un homme,
    Une rose à la main,
    A ouvert le chemin
    Vers un autre demain.

    Les enfants,
    Soleil au fond des yeux,
    Le suivent deux par deux,
    Le cœur en amoureux.

    Regarde :
    C'est fanfare et musique,
    Tintamarre et magique,
    Féerie féerique.

    Regarde :
    Moins chagrins, moins voûtés,
    Tous, ils semblent danser
    Leur vie recommencée.

    Regarde :
    On pourrait encore y croire.
    Il suffit de le vouloir
    Avant qu'il ne soit trop tard.

    Regarde :
    On en a tellement rêvé
    Que, sur les mur bétonnés,
    Poussent des fleurs de papier

    Et l'homme,
    Une rose à la main,
    Etoile à son destin,
    Continue son chemin.

    Seul,
    Il est devenu des milliers
    Qui marchent, émerveillés
    Dans la lumière éclatée.

    Regarde :
    On a envie de se parler,
    De s'aimer, de se toucher
    Et de tout recommencer.

    Regarde :
    Plantée dans la grisaille,
    Par-delà les murailles,
    C'est la fête retrouvée.

    Ce soir,
    Quelque chose a changé.
    L'air semble plus léger.
    C'est indéfinissable.

    Regarde :
    Au ciel de notre histoire,
    Une rose, à nos mémoires,
    Dessine le mot espoir...

    Barbara
    Laisse tomber la neige, on fera des boules demain...

  10. #270
    Super Solo Avatar de moietmoi
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Sexe
    Femme
    Localisation
    86
    Messages
    2 859
    Merci c'est beau.
    Oser, être soi, exister, vivre.

  11. #271
    Super Solo Avatar de catleya
    Date d'inscription
    août 2012
    Sexe
    Femme
    Localisation
    45
    Messages
    4 757
    Citation Envoyé par moietmoi Voir le message
    Merci c'est beau.
    Merci aux pouëts
    Laisse tomber la neige, on fera des boules demain...

  12. #272
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Voyage du silence

    Voyage du silence
    De mes mains à tes yeux
    Et dans tes cheveux
    Où des filles d’osier
    S’adossent au soleil
    Remuent les lèvres
    Et laissent l’ombre à quatre feuilles
    Gagner leur cœur chaud de sommeil.

    Paul Éluard
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  13. #273
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Première soirée

    Elle était fort déshabillée
    Et de grands arbres indiscrets
    Aux vitres jetaient leur feuillée
    Malinement, tout près, tout près.
    Assise sur ma grande chaise,
    Mi-nue, elle joignait les mains.
    Sur le plancher frissonnaient d’aise
    Ses petits pieds si fins, si fins.
    - Je regardai, couleur de cire
    Un petit rayon buissonnier
    Papillonner dans son sourire
    Et sur son sein, - mouche ou rosier.
    - Je baisai ses fines chevilles.
    Elle eut un doux rire brutal
    Qui s’égrenait en claires trilles,
    Un joli rire de cristal.
    Les petits pieds sous la chemise
    Se sauvèrent : “Veux-tu en finir !”
    - La première audace permise,
    Le rire feignait de punir !
    - Pauvrets palpitants sous ma lèvre,
    Je baisai doucement ses yeux :
    - Elle jeta sa tête mièvre
    En arrière : “Oh ! c’est encor mieux !
    Monsieur, j’ai deux mots à te dire…”
    - Je lui jetai le reste au sein
    Dans un baiser, qui la fit rire
    D’un bon rire qui voulait bien…
    - Elle était fort déshabillée
    Et de grands arbres indiscrets
    Aux vitres jetaient leur feuillée
    Malinement, tout près, tout près.

    Arthur Rimbaud
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  14. #274
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Les fruits du corps

    Dans les fruits du corps

    tout est bon

    La peau
    
le jus

    la chair

    Même les noyaux
    
sont délicieux

    Misérables hypocrites
    
qui montez au lit

    du pied droit

    et invoquez le nom de Dieu

    avant de copuler

    De la porte

    donnant sur le plaisir

    vous ne connaîtrez

    que le trou aveugle

    de la serrure

    Je peine à lire
    
les traités d’érotologie

    La gymnastique m’ennuie

    Si l’amour

    n’était pas

    création

    œuvre personnelle
    
j’aurais déserté son école.

    Absellatif Laâbi
    Dernière modification par paolo ; 06/01/2015 à 03h28.
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  15. #275
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Les mères juives

    Mon fils, tu as mauvaise mine
    tu devrais prendre soin de toi,
    n'oublie jamais tes vitamines,
    couvre-toi bien quand il fait froid.
    Je sais que tu n'as plus 9 ans,
    mais tu es encore mon enfant.
    Elles sont toujours sur le qui-vive
    les mères juives.

    Je crois que tu fais trop de sport,
    on dit que ce n'est pas très sain
    c'est dangereux tous ces efforts
    en as-tu réellement besoin ?
    Je sais que tu n'as plus 15 ans,
    mais tu es encore mon enfant.
    Elles sont inquiètes et émotives
    les mères juives.

    Je t’ai acheté deux cravates,
    Tu as mis la bleue avec des pois
    Quand tu es venu pour le shabbat,
    Pourquoi l’autre, elle ne te plaît pas ?
    Je sais que tu n’as plus 20 ans,
    Mais tu es encore mon enfant
    Elles son parfois bien excessives
    Les mères juives.

    Dans ce manteau que j’ai fait pour toi
    Tu seras avocat ou docteur
    Tu aimes mieux faire le chanteur
    Et me quitter pendant des mois.
    Je sais que tu n’as plus 30 ans,
    Mais tu est encore mon enfant.
    Elles son douces et attentives,
    Les mères juives.

    Ta femme est presque une gamine
    Comment peut-elle veiller su toi ?
    Elle ne sait même pas faire la cuisine
    Heureusement que je suis là.
    Je sais que tu n’as plus 40 ans,
    Mais tu est encore mon enfant.
    Elles peuvent être possessives,
    Les mères juives.

    Tandis que moi je te connais,
    Je fais les plats que tu préfères,
    Je te tricote des cache-nez,
    Des paires de gants, des pull-over.
    Je sais que tu n’as plus 50 ans,
    Mais tu es encore mon enfant.
    Elles sont vraiment très actives,
    Les mères juives.

    Viens, mon chéri, viens, mon gamin,
    Ne crains rien, je ne pleure pas,
    Même quand tu ne m’appelles pas
    Je fais celle à qui ça ne fait rien.
    Je sais que tu n’as plus 60 ans,
    Mais tu es encore mon enfant.
    Elles sont tendres et naïves,
    Les mères juives.

    Quand ma petite mère parle ainsi
    Je trouvais ça insupportable.
    Depuis que son absence m’accable
    Je rêve d’entendre chaque nuit :
    Je sais, tu as 70 ans,
    Mais tu es encore mon enfant.
    Elle était pure comme l’eau vive,
    Ma mère juive.

    Georges Moustaki
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  16. #276
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Au fond du coeur

    Au fond du coeur, au fond des âges
    l'amour se meurt ou se partage.

    J'aime a vous l'entendre dire,
    j'aime à croire que tant d'amour se retrouve.



    Au fond du coeur, au fond des âges

    comme un seul fruit qui se partage.

    Au fond des yeux les plus menteurs,

    à l'espoir reste une lueur.

    Au fond du coeur, au fond des âges,

    l'amour demeure et se partage.

    Giani Esposito
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  17. #277
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Aubade

    Même à un an et même avant

    on peut se croire indispensable.

    Que l'on soit au sein de sa mère

    ou à quatre pattes sous la table.

    Même à trente ans et même avant,
    il faut aimer ses propres rides.

    Que l'on soit pesant ou léger,
    il faudra sauter tous dans le vide.

    Même en perdant, même en gagnant,

    on y arrive tous un jour.

    Que l'on soit un jeune pur sang

    ou un vieux cheval pour le labour.

    Même à cent ans et même avant

    on peut se croire indispensable.

    Que l'on soit déjà dans l'histoire,

    ou à quatre pattes sous la table,

    ou les deux à la fois.

    Même au théâtre et même ailleurs,

    il n'y a de vrai que l'amour,

    cette sorte étrange d'amour

    l'amour que l'on donne sans retour.

    Giani Esposito
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  18. #278
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    La tendresse

    C'est un air de flûte, la nuit,
    Qui s'enroule au cou des brebis,
    La tendresse,
    Un vieux bouquin parcheminé
    Qu'on lit devant la cheminée,
    La tendresse.
    C'est la colombe encore vaincue
    Qui fait pourtant le pied de grue,
    La tendresse,
    Ce bel oiseau blanc déployé
    Quand le désir est empaillé,
    La tendresse...

    C'est quatre notes d'un piano
    Qui, bêtement font le coeur gros,
    La tendresse.
    C'est cette brute qui, soudain,
    Éclate en sanglots dans ses mains,
    La tendresse.
    C'est, sur le quai de cette gare
    L'émigrant qui cherche un regard
    De tendresse.
    Derrière les murs d'un lupanar,
    C'est ce petit ticket d'espoir,
    La tendresse...

    C'est bien moins haut qu'votr'e Paradis,
    C'est tout au fond du ventre enfoui,
    La tendresse.
    Ça s'apprivoise comme un renard,
    Heure après heure, vingt ans plus tard,
    La tendresse.
    C'est ce qu'on avait en naissant
    Lorsque l'on était innocent,
    La tendresse.
    C'est tout ce qui reste encore
    Pour faire un pied d'nez à la Mort,
    La tendresse.

    Henri Tachan
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  19. #279
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    Un peu d'amour

    Pour un peu d'amour,
    Pour un bécot
    Sur des yeux clos
    Sur des seins de velours,
    Pour un peu d'amour,
    Un p'tit repos
    Contre une peau
    D'âne ou de Pompadour,
    Pour le nid
    Blotti sous une aisselle,
    Pour un rire et pour
    La source tapie
    Entre des jarr'telles
    Sous des jupons lourds
    Pour un peu d'amour...

    Pour un peu d'amour,
    Pour un poutou
    Au petitou
    Perdu au carrefour,
    Pour un peu d'amour,
    Pour un câlin
    À l'orphelin
    Front baissé et coeur lourd,
    Et pour un
    Voleur de bicyclette
    Criant: "au secours",
    Pour un arlequin,
    Une marionnette,
    Pour un troubadour,
    Pour un peu d'amour...

    Pour un peu d'amour,
    Diamant ou toc
    Argile ou roc
    Gracieux ou balourd,
    Pour un peu d'amour,
    Qui dure un'e vie
    Une heure et d'mie
    Une minute ou un jour
    On donn'rait
    Tout l'or de cette terre
    Et des alentours
    Pour lui, on vendrait
    Son âme et sa chair
    Au Diable, aux vautours,
    Pour un peu d'amour...

    Pour un peu d'amour.

    Henri Tachan
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

  20. #280
    Super Solo Avatar de paolo
    Date d'inscription
    juillet 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    Villemomble
    Messages
    3 792
    L’adolescence

    C'est un coin d'herbes folles, de bleuets, de chiendent,
    Blotti entre la jungle infernale des grands
    Et le petit jardin tranquille de l'Enfance,
    C'est une île inconnue de vos cartes adultes,
    Un lagon épargné, une prairie inculte,
    Une lande battue où les korrigans dansent,
    L'Adolescence...

    C'est l'échelle de soie, c'est Juliette entrevue,
    Debout dans le miroir c'est la cousine nue
    Qui s'émerveille et crie au fond de mon silence,
    C'est un baiser volé à la barbe du Temps,
    C'est deux enfants qui s'aiment à l'ombre d'un cadran
    Où sous chaque seconde l'Immortalité danse,
    L'Adolescence...

    C'est "Toujours", c'est "Jamais", c'est éternellement
    Le coeur au bord des lèvres, le spleen à fleur de dents
    Et au ventre-volcan l'Amour-incandescence,
    C'est "Je t'aime: on se tient!" c'est "Je t'aime: on se tue!"
    C'est la Vallée d'la Mort de l'autr' côté d'la rue,
    Vers les noirs pâturages la haute transhumance,
    L'Adolescence...

    C'est les poings dans les poches fermés à double tour,
    C'est "Familles, je vous hais!", c'est René à Combourg,
    Ophélie qui se noie, c'est Lucile qui s'avance,
    C'est notre Diable au corps, c'est le Grand Meaulnes en route,
    C'est ce vieux Bateau Ivre qui reviendra sans doute
    Les flancs chargés d'oiseaux, de fleurs et d'innocence,
    L'Adolescence...

    Depuis plus de vingt ans que j'y ai jeté l'ancre
    Dans ce pays de fous, de chiens tièdes et de cancres,
    Depuis plus de vingt ans j'y passe mes vacances,
    Et comme ce vieillard de quatre-vingts printemps
    Qui s'endort, un beau soir, et qu'on couche dedans
    Son petit, tout petit coin de terre de Provence,
    Couchez-moi, je vous prie, quand viendra le moment,
    Dans ma terre, mon pays, couchez-moi doucement
    En Adolescence, en Adolescence!

    Henri Tachan
    Le bonheur c'est comme un arc-en-ciel, il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

    Avec le regard simple, revient la force pure.
    Christian Bobin

Discussions similaires

  1. Coin poésie !
    Par sweety dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 13
    Dernier message: 31/01/2015, 16h08
  2. Poésie de ma fille 9 ans 1/2
    Par sollina dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/12/2013, 14h38
  3. des dons de poésie ?
    Par pifpouf dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 8
    Dernier message: 19/04/2011, 07h18
  4. Amour et poésie...
    Par Paul dans le forum Créations littéraires
    Réponses: 83
    Dernier message: 03/11/2009, 09h11
  5. Poésie du jour
    Par maki dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 31
    Dernier message: 24/03/2007, 17h53

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •