Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 25

Discussion: Portrait d'un procrastinateur.

  1. #1
    Supra Solo
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Localisation
    Ayé! du 77!! (et un bout d'coeur dans l'05)
    Messages
    9 185

    Portrait d'un procrastinateur.

    Il remet au lendemain, et un jour il n’y a plus de lendemain. Ce lendemain-là était-il encore la veille d’un autre ?
    Triste constatation que pourrait faire le procrastinateur.
    Car il est trop tard pour lui, toujours trop tard ; l’horloge du temps le rattrape. Clown de sa vie, il jongle avec les minutes, s’accapare les secondes friables de l’existence chère à son cœur, et les heures virevoltent tant et plus.
    Et soudain le lapin d’Alice lui tend ses aiguilles et c’est le réveil intempestif.
    De la douce randonnée dans lequel il installait gentiment son rythme sans plus se perturber, il passe au 150m haies, bondissant et réactif.
    De l’apparente nonchalance, le diable sort de la boite de Pandore et s’active ainsi à mille choses laissées en plan, en attente, en l’état… Suffocation soudaine que ces affaires en instance, mais qu’importe, là, il vit. Sens en alerte et efficacité garantie. Les gestes assurés, les idées acérées, la certitude d’être au centre de ses activités et de lui-même, de sa vie.
    Il est le chat qui se pelotonne contre la douceur du fauteuil, et la panthère vive, aux foulées longues qui arpente son territoire, chasse, observe, retient, et attend sa proie au bon endroit, pour lui fondre dessus en un éclair.
    Il remet au lendemain … mais que remet-il en main propre à cet avenir incertain ? Ce qui n’était pas vital à ce moment-là. Le repos, c’est un temps de récupération et de maturation. Le procrastinateur n’est pas un fainéant, même s’il le croit lui-même régulièrement ; c’est un obsédé du temps qui passe et de celui qui ne passe pas.
    Sprinter qui s’ignore dans les starting-block, sa course c’est le lièvre et la tortue ; qu’un instant il discute tous les deux, puis voyant le jour descendre, la carapace s’accroche derrière les longues oreilles, et les voilà près du point d’arrivée, au bout de la journée, ensemble.

    Il me ressemble comme un frère, Indiscutable seconde peau.
    Dernière modification par ymir ; 09/05/2015 à 21h05.
    Assainir le passé et profiter du présent pour préparer l'avenir. Allez, avenir, bouge-toi encore un peu... J'ai enfin dans les mains aujourd'hui, mon avenir d'hier. Je continue.

  2. #2
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Ymir, ce n'est pas la première fois que je dis ici que je n'aime pas raconter ma life... c'est pas pour que tu le fasses à ma place

    Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie

  3. #3
    Supra Solo
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Localisation
    Ayé! du 77!! (et un bout d'coeur dans l'05)
    Messages
    9 185
    Sur un sujet tel que celui-là, je sais qui j'attends... chers disciples.
    Assainir le passé et profiter du présent pour préparer l'avenir. Allez, avenir, bouge-toi encore un peu... J'ai enfin dans les mains aujourd'hui, mon avenir d'hier. Je continue.

  4. #4
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Haaaan ça craint ... on dirait que je suis la seule concernée par ici

    Mais noonnnnnn c'est juste que les PS s'aèrent le samedi soir et qu'il a fait un temps radieux aujourd"hui... on s'rassure comme on peut

    Et puis après tout, c'est pas grave... j'assume... la vie est bien trop courte, ce serait dommage de manquer certaines opportunités sous prétexte qu'il y a des choses à faire... le jour où j'en aurais plus, j'aurais trépassé et je ne suis pas très pressée
    Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie

  5. #5
    Supra Solo Avatar de zeliedou
    Date d'inscription
    août 2008
    Messages
    10 340
    Je viens te tenir compagnie, Titoulou, en rentrant de week-end

    Et je propose à cette confrérie la devise de mon papa : "Y a rien de plus efficace que les faignants qui se mettent au boulot"

    les filles !
    L'humour est le plus court chemin d'un homme à un autre (Wolinski)

  6. #6
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Rhoooo Zeliedou, c'est trop gentil

    Mais pour moi, une personne qui procrastine n'a rien d'un feignant, au contraire il peut très occupé, mais pas sur les sujets qui mériteraient d'être prioritaires
    Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie

  7. #7
    Grand Solo Avatar de rineva
    Date d'inscription
    février 2015
    Sexe
    Femme
    Messages
    917
    J'ai bien réfléchie avant de vous rejoindre titoulou, ymir et zielidou,...non, ça ne se fait pas à la légère ce genre de chose!...Suis je procrastinatrice?
    Je dirais dans un premier temps, le mot m'écorche tellement la bouche que ça donne pas trop envie de l'être, ensuite, je suis en général plutôt une fonceuse, je me répète plus souvent, tu aurais du réfléchir, attendre, peser le pour et le contre, tourner ta langue dans ta bouche...et j'en passe...Je suis certainement une passionnée, mais suis je procrastruc? Est ce incompatible avec la passion? Avec l'impulsivité, le passage à l'acte, la spontanéité?
    Et là, j'ai vu comme il y a des zones d'ombres dans tout cela, des sujets paralysants, des triangles des Bermudes que l'on préfère contourner...
    Oui, je navigue gaiement entre ces zones, anxiogènes, que je préfère reléguer à demain!
    Alors, voilà ça y était, je commençais à percevoir ce pan de procrastination (facile à dire finalement!) de ma personnalité...
    Je fais le compte de ces zones d'ombres, j'essaie de comprendre le pourquoi de la paralysie dont elles sont atteintes et bien sûr cela a du sens!
    Est ce que quand on en saisit le sens, la paralysie se lève (et moi avec?)? Je crois que non, comprendre intellectuellement ne sert pas à l'affaire, ce sont les affects liés à ces zones qui les engluent...Et oui, toujours cet psycho-affectif qui nous dirige ou nous clou sur place!
    Alors voilà, chose est faite, je m 'auto-déclare procrastinatrice, grand maitre ymir, acceptez vous mon affiliation?

  8. #8
    Supra Solo Avatar de carine38
    Date d'inscription
    juin 2008
    Sexe
    Femme
    Localisation
    Isère
    Messages
    9 729
    Citation Envoyé par Titoulou31 Voir le message
    Haaaan ça craint ... on dirait que je suis la seule concernée par ici

    Mais noonnnnnn c'est juste que les PS s'aèrent le samedi soir et qu'il a fait un temps radieux aujourd"hui... on s'rassure comme on peut

    Et puis après tout, c'est pas grave... j'assume... la vie est bien trop courte, ce serait dommage de manquer certaines opportunités sous prétexte qu'il y a des choses à faire... le jour où j'en aurais plus, j'aurais trépassé et je ne suis pas très pressée
    Mais non, tu n'es pas seule...
    J'ai juste procrastiné pour répondre !

  9. #9
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Citation Envoyé par rineva Voir le message
    J'ai bien réfléchie avant de vous rejoindre titoulou, ymir et zielidou,...non, ça ne se fait pas à la légère ce genre de chose!...Suis je procrastinatrice?
    Je dirais dans un premier temps, le mot m'écorche tellement la bouche que ça donne pas trop envie de l'être, ensuite, je suis en général plutôt une fonceuse, je me répète plus souvent, tu aurais du réfléchir, attendre, peser le pour et le contre, tourner ta langue dans ta bouche...et j'en passe...Je suis certainement une passionnée, mais suis je procrastruc? Est ce incompatible avec la passion? Avec l'impulsivité, le passage à l'acte, la spontanéité?
    Et là, j'ai vu comme il y a des zones d'ombres dans tout cela, des sujets paralysants, des triangles des Bermudes que l'on préfère contourner...
    Oui, je navigue gaiement entre ces zones, anxiogènes, que je préfère reléguer à demain!
    Alors, voilà ça y était, je commençais à percevoir ce pan de procrastination (facile à dire finalement!) de ma personnalité...
    Je fais le compte de ces zones d'ombres, j'essaie de comprendre le pourquoi de la paralysie dont elles sont atteintes et bien sûr cela a du sens!
    Est ce que quand on en saisit le sens, la paralysie se lève (et moi avec?)? Je crois que non, comprendre intellectuellement ne sert pas à l'affaire, ce sont les affects liés à ces zones qui les engluent...Et oui, toujours cet psycho-affectif qui nous dirige ou nous clou sur place!
    Alors voilà, chose est faite, je m 'auto-déclare procrastinatrice, grand maitre ymir, acceptez vous mon affiliation?
    Je n'adhère pas avec cette manière d'entrevoir la procrastination, et par conséquent avec le titre du topic. Certains auteurs considèrent que ce n'est pas un pan de la personnalité mais un comportement déviant... et ça m'arrange de l'entrevoir ainsi
    pas incompatible avec un caractère passionné et impulsif... tout au contraire d'ailleurs probablement...

    Je m'engluais dans ce comportement au point de me demander si je ne devais pas l'accepter comme une partie de ma personnalité... et c'est probablement ce qui représentait le plus grand frein. Je ne suis pas procrastinatrice mais je procrastine (uniquement sur les sujets qui me pèsent et constituent ce que je considère comme des contraintes...).

    Oui, Bibou je sais, ce ne sont pas des "contraintes" mais des "obligations"... J'en suis aussi convaincue, sauf que de passer de la théorie à la pratique, il y a parfois un fossé, que dis-je un abyme, voire un abysse

    Vous pourriez penser que je pinaille sur les mots, mais ils ont leur importance... les concepts ne sont pas les mêmes et la manière de les vivre, de les ressentir, de les gérer s'en trouve nécessairement impactée...

    En tout cas, une chose est sûre... un jour, peut-être demain ou plus tard, j'arriverai à ne plus procrastiner sur des dossiers importants
    Dernière modification par Titoulou31 ; 11/05/2015 à 10h18.
    Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie

  10. #10
    Supra Solo
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Localisation
    Ayé! du 77!! (et un bout d'coeur dans l'05)
    Messages
    9 185
    Citation Envoyé par rineva Voir le message
    Alors voilà, chose est faite, je m 'auto-déclare procrastinatrice, grand maitre ymir, acceptez vous mon affiliation?
    ah mais j'accepte tout! ou presque!!! par contre, non le grand maître, et la secte procracra, nan... ça je remets... aux calendes grecques.
    Je savais bien qu'il fallait que j'évite le terme juste comme cela. Je faisais juste un clin d'oeil à Titoulou à qui mes questionnements résonnent.. (formulation bizarre, c'est quoi cte figure de style improbable??)


    Citation Envoyé par Titoulou31 Voir le message
    Je n'adhère pas avec cette manière d'entrevoir la procrastination, et par conséquent avec le titre du topic. Certains auteurs considèrent que ce n'est pas un pan de la personnalité mais un comportement déviant... et ça m'arrange de l'entrevoir ainsi
    pas incompatible avec un caractère passionné et impulsif... tout au contraire d'ailleurs probablement...
    ah l'importance des titres!!! et ce qu'ils sous-tendent!!!

    ok,ok; je te suis, après réflexion. Le titre venait de la consigne en fait. Mais plus profondément, tu as bien raison dans ton raisonnement (houlà!!). Procrastiner n'est qu'un fait, une action, ça ne résume pas une personne, ça ne la définit pas, donc le terme "procrastinateur" que j'ai décrété (qui n'existe pas en bon français) est malvenu en terme d'auot-persuasion, d'enfermement dans le comportement. Un comportement n'est pas une facette de la personnalité. Et du coup, ça veut dire qu'on peut avoir une incidence dessus, même si ce n'est pas facile.
    Hummm, très intéressant ta vision; ça met à distance le truc.

    Sinon, je vous rassure, je le vis de mieux en mieux, hein. Je travaille contre de façon régulière, je suis moins pire qu'avant, même s'il reste de grosses "failles". Et puis j'apprends aussi à relativiser plein de choses (enfin, parfois).
    Assainir le passé et profiter du présent pour préparer l'avenir. Allez, avenir, bouge-toi encore un peu... J'ai enfin dans les mains aujourd'hui, mon avenir d'hier. Je continue.

  11. #11
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Citation Envoyé par ymir Voir le message
    ah mais j'accepte tout! ou presque!!! par contre, non le grand maître, et la secte procracra, nan... ça je remets... aux calendes grecques.
    Je savais bien qu'il fallait que j'évite le terme juste comme cela. Je faisais juste un clin d'oeil à Titoulou à qui mes questionnements résonnent.. (formulation bizarre, c'est quoi cte figure de style improbable??




    ah l'importance des titres!!! et ce qu'ils sous-tendent!!

    ok,ok; je te suis, après réflexion. Le titre venait de la consigne en fait. Mais plus profondément, tu as bien raison dans ton raisonnement (houlà!!). Procrastiner n'est qu'un fait, une action, ça ne résume pas une personne, ça ne la définit pas, donc le terme "procrastinateur" que j'ai décrété (qui n'existe pas en bon français) est malvenu en terme d'auot-persuasion, d'enfermement dans le comportement. Un comportement n'est pas une facette de la personnalité. Et du coup, ça veut dire qu'on peut avoir une incidence dessus, même si ce n'est pas facile.
    Hummm, très intéressant ta vision; ça met à distance le truc.

    Sinon, je vous rassure, je le vis de mieux en mieux, hein. Je travaille contre de façon régulière, je suis moins pire qu'avant, même s'il reste de grosses "failles". Et puis j'apprends aussi à relativiser plein de choses (enfin, parfois).
    Ce n'est pas ma vision à l'origine, mais j'avoue qu'elle me convient bien, car c'est la seule qui me semble permettre une porte de sortie.
    Si je considère ce mauvais penchant comme une partie de moi, je m'enferme en effet dedans et dans ce cas autant s'y adapter.

    Alors certes je n'ai pas encore mis le doigt (même l'auriculaire ) sur les bénéfices secondaires dont je dois nécessairement profiter à mon insue du fait de ce comportement... mais je progresse et j'ai accepté l'idée que je ne changerai pas en un jour...

    L'essentiel est d'éviter que ce comportement provoque des dommages collatéraux... alors j'essaie d'être plus raisonnable et rigoureuse mais là je lutte contre ma personnalité, et j'ai un peu l'impression de remonter une rivière.... mais peu importe, tel un saumon j'avance et j'atteindrai un jour le lieu de procréation et je ferai partie des résistants qui pourront retourner en mer et continuer à (se) frayer (un chemin)

    J'ai lu des choses par ici qui m'ont beaucoup plu ce we et j'aime bien l'idée d'avancer à distance avec toi sur ce sujet
    Dernière modification par Titoulou31 ; 11/05/2015 à 12h29.

  12. #12
    Super Solo Avatar de Jihel86
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    86
    Messages
    1 299
    Promis je posterai un peu, plus tard ... oui je sais ...

    ça rejoint un topic (inverse) qui est en sommeil/préparation/potentialité sur l'éloge de la lenteur et que j'avais ébauché il y a une quinzaine sous forme d'une petite création http://www.parent-solo.fr/forum/crea...56/index3.html
    Si vous me cherchez je suis (pour un temps au moins) sur famille-solo.fr :)

  13. #13
    Grand Solo Avatar de rineva
    Date d'inscription
    février 2015
    Sexe
    Femme
    Messages
    917
    "Grand maitre" était une boutade en réponse au terme de " confrérie"évoqué par zelidou...(sourire)
    Oui titoulou, il n'est pas question de s' identifier à ses actes, donc procrastiner ne fait pas une" identité de procrastinateur", en effet ! Ceci dit comme nos actes dependent de ce que nous sommes, ils ne se produisent pas en dehors de nous mais à partir de nous; je pense qu'il y a tout de même des traits de personnalité qui peuvent être des terrains plus favorables que d'autres...
    Et ce n'est pas enfermant de dire cela, car tout est évolutif en la matière, heureusement...je ne suis pas cela mais il m arrive de le faire aussi! Et cela peut changer! (Sourire)
    Pas une vérité, juste une idee!
    Dernière modification par rineva ; 11/05/2015 à 14h52.

  14. #14
    Super Solo
    Date d'inscription
    avril 2012
    Sexe
    Femme
    Messages
    2 268
    Citation Envoyé par rineva Voir le message
    "Grand maitre" était une boutade en réponse au terme de " confrérie"évoqué par zelidou...(sourire)
    Oui titoulou, il n'est pas question de s' identifier à ses actes, donc procrastiner ne fait pas une" identité de procrastinateur", en effet ! Ceci dit comme nos actes dependent de ce que nous sommes, ils ne se produisent pas en dehors de nous mais à partir de nous; je pense qu'il y a tout de même des traits de personnalité qui peuvent être des terrains plus favorables que d'autres...
    Et ce n'est pas enfermant de dire cela, car tout est évolutif en la matière, heureusement...je ne suis pas cela mais il m arrive de le faire aussi! Et cela peut changer! (Sourire)
    Pas une vérité, juste une idee!
    Heureusement que celui qui procrastine ne le fait pas sur tous les actes... sinon ce serait une personne qui ne ferait rien de ses journées

    Il peut même s'agir de quelqu'un de particulièrement actif

    Par contre, il est des choses qu'il reporte et d'autres non... le tout étant pour moi de comprendre comment il fait ses choix conscients... ou inconscients
    Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie

  15. #15
    Grand Solo Avatar de rineva
    Date d'inscription
    février 2015
    Sexe
    Femme
    Messages
    917
    Citation Envoyé par Titoulou31 Voir le message
    Heureusement que celui qui procrastine ne le fait pas sur tous les actes... sinon ce serait une personne qui ne ferait rien de ses journées

    Il peut même s'agir de quelqu'un de particulièrement actif

    Par contre, il est des choses qu'il reporte et d'autres non... le tout étant pour moi de comprendre comment il fait ses choix conscients... ou inconscients
    Oui, reporter tous les actes reviendrait à une inhibition généralisée du comportement, on ne parlerait plus de procrastiner...Qui par définition ne se fait que sur certains actes.
    Alors pourquoi ceux là et pas d'autres?
    La réponse est propre à chacun bien sûr! Les raisons peuvent être en partie conscientes et/ou préconscientes et inconscientes.
    Je ne rentrerai pas dans "mes dossiers" ce serrait trop intime, mais je pense que le lien est souvent psycho-affectif, des résistances qui se mettent en place concernant des actes qui deviennent un réceptacle symbolique d'éléments plus profonds...Suis-je claire?
    Juste un exemple, un peu "bateau", un jeune que je connais bien qui remet toujours à plus tard de passer son permis et il est assez clair que cela représente, pour lui, sa difficulté à entrer dans une vie d'adulte autonome...
    Les raisons sont personnelles parfois plus ou moins repérables avec une lecture plus ou moins facile, parfois le lien est bien plus complexe que mon exemple simpliste!
    Et pour vraiment le comprendre, je pense qu'il faut passer par une analyse, mais cela n'engage que moi...

    Voilà tout au plus mon avis, du moins pour le moment...

  16. #16
    Supra Solo
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Localisation
    Ayé! du 77!! (et un bout d'coeur dans l'05)
    Messages
    9 185
    Je pense savoir parfaitement d'où me vient ma procrastination administrative (qui s'étend à la sphère "papiers" au sens trèèèèèès large), (et ce sans analyse - enfin, en auto-analyse, ça compte? ma psy actuelle m'a elle aussi confirmée que j'analysais bcp...).
    Mais pas pour ça que je peux vraiment revenir en arrière. Cela correspond à une période de ma vie, disons, mouvementée et bien occupée. Et retravailler dessus, pas sûr que cela soit la bonne idée (bien que pas impossible qu'il y ait des séquelles diverses et variées; bref).

    Je tente donc d'agir sur le concret, d'ici et maintenant. Y compris de m'en moquer, de m'en servir de base d'inspiration (dommage que je procrastine là aussi, je crois que je pourrai écrire un livre de nouvelles sur le thème, tiens...).

    En fait on retomberait presque sur le débat ! thérapie cognitivo-comportementales, thérapie psychanalytique, thérapie systémique et autres variations.
    Assainir le passé et profiter du présent pour préparer l'avenir. Allez, avenir, bouge-toi encore un peu... J'ai enfin dans les mains aujourd'hui, mon avenir d'hier. Je continue.

  17. #17
    Super Solo Avatar de Jihel86
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Sexe
    Homme
    Localisation
    86
    Messages
    1 299
    Je n’ai pas de vérité ultime sur la procrastination, peut-être certains sages, philosophes ou gourous du développement personnel ont-ils des réponses plus pertinentes. Je ne parlerai, ici, que de mon vécu personnel qui n’est ni un avis, ni un conseil et encore moins un jugement sur la vie des uns ou des autres. Pas de sagesse universelle, juste, en quelque sorte, un retour d’expérience.
    (Et pardon, je ne sais pas faire court sur ce genre de sujet).

    Je ne pense pas que l’on soit « procrastinateur » par nature.


    J’ai longtemps été une personne très active (sans être hyperactive), élève et étudiant travailleur puis dirigeant ma petite entreprise, menant des projets divers de création, de gestion, d’édition assez naturellement et sans difficulté particulière pour trouver l’énergie nécessaire.

    *********

    Puis sont venus les accidents de la vie, les accidents de parcours. Le décès de ma femme, me laissant seul avec mes deux enfants encore petits tout d’abord, et un certain nombre de soucis professionnels ensuite (sans rentrer dans les détails : le dernier d’entre eux m’a fait, par la responsabilité d’un tiers – non assuré – perdre les acquis de plus de 15 années de travail.)

    Cette seconde (et longue) époque de ma vie a donc été celle du deuil, de la découverte dans ma chair de l’impermanence humaine, de ma finitude, du découragement, de la perte de confiance en autrui et de la procrastination.

    Je vois cette dernière comme étant intrinsèquement liée à la gestion de l’énergie.
    Deux causes possibles (et non exclusives l’une de l’autre) apparaissent alors : une insuffisance de l’énergie disponible ou un déséquilibre entre l’énergie disponible et un trop-plein d’activités.


    - L’insuffisance d’énergie s’explique facilement par une période dépressive et son cortège habituel des « à quoi bon ? », « suis-je capable de ? », « que vont en penser les autres ? » …
    La procrastination me semble consubstantielle à une profonde remise en cause existentielle de l’image de soi, du rapport au monde, du but de la vie.
    Alors insidieusement le « mal à agir » arrive, parce qu’agir c’est toujours prendre un risque (celui d’échouer, celui de déplaire …), parce que décider c’est toujours faire un deuil (celui du terme non retenu de l’alternative).

    - Le déséquilibre dû à trop d’activités peut être réel mais, il me semble, que dans ce cas on ne peut pas parler de procrastination. Pourtant, et paradoxalement le trop plein d’activités peut être (à tort certainement) perçu comme une solution. Pour me convaincre que « ça vaut le coup », « que je suis capable », « que je vais leur montrer ce que je vaux » on agit, on agit, on agit … mais le plus souvent ce n’est qu’un miroir aux alouettes ou pire un cercle vicieux. Comme le dit tiloulou le procrastinateur peut être particulièrement actif (mais est-il efficace ?). L’énergie disponible « de base » n’est pas plus importante, à l’arrivée on a augmenté la dépense d’énergie, pas sa disponibilité.
    Je ne suis pas sûr que la capacité à agir soit une qualité qui puisse s’entrainer comme on ferait de la musculation.


    Alors on gère. Comme on peut. Au jour le jour, ou plus exactement au jour le lendemain. Toujours dans le possible, toujours dans le lendemain et toujours dans la culpabilité de n’avoir pas fait alors qu’on pouvait, qu’on savait, qu’on aurait pu.
    La procrastination n’est pas une cause que l’on puisse traiter, ce n’est pas un trait de personnalité que l’on puisse changer. La procrastination est la conséquence, la résultante d’un mal-être. C’est en amont qu’il faut chercher les causes.

    En attendant d’être à nouveau parfaitement épanoui dans un monde parfait il faut toutefois tenter de gérer le quotidien. Pendant cette longue période voici les choses qui m’ont aidé :
    - essayer de ne pas culpabiliser de ne pas avoir fait.
    - ne pas se lancer dans trop de choses en même temps.
    - mettre des priorités sur les choses à faire, en particulier celles qui non-exécutées créeraient inévitablement un besoin d’énergie bien supérieur plus tard.
    - se féliciter à chaque fois que l’on a réussi à faire.
    - ne pas tout voir comme une contrainte (c’était un de mes vrais soucis).
    - les listes (ça ne marche pas forcément pour tout le monde).

    ************

    Depuis quelques mois je suis « sorti de ma grotte » et, d’une certaine manière, j’ai fait la paix avec moi-même et avec le monde. Une forme d’acceptation active (et non de résignation).

    Qu’est-ce qui s’est passé ?

    L’événement déclencheur a été très clairement le départ de mon second enfant du foyer, je me suis retrouvé, comme je l’ai raconté ailleurs, triplement seul. Dans mon quotidien, dans ma vie sentimentale, professionnelle, et je pourrais ajouter, sociale.

    Même aimant la solitude (voir les paroles de Ma solitude de Moustaki), ça faisait beaucoup et je me suis posé la question de savoir si je voulais vraiment passer les prochaines décennies sans rien changer. Je me suis replongé dans quelques bouquins de philo, je me suis autorisé à la lenteur (peut-être vous en parlerai-je un jour), j’ai renoncé à tout vouloir changer (il y a eu un temps la potentialité d’un topic « Doit-on changer le monde » ).
    Je me suis aperçu que je râlais beaucoup (en moi-même ne voyant pas grand-monde) contre, en simplifiant, la politique, le monde tel qu’il est et tel qu’il devrait être.

    Bref, j’accepte aujourd’hui de ne pouvoir résoudre le dilemme de l’absurdité du monde, j’assume mon statut de Sisyphe (ce qui n’empêche pas de rester révolté).
    C’est en quelque sorte la mise en œuvre de la maxime de Marc-Aurèle : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre. »


    Et donc PS, OVS, associations pour ma solitude sociale, nouveau projet pro, reste le côté sentimental à améliorer … mais ça viendra en son temps.

    La procrastination n’a pas complètement disparue mais elle n’est plus un problème à mes yeux. Je la positive. Je n’ai pas tourné en rond, j’ai fait « autre chose », pas ce qui était prévu … tant pis c’était sympa de lire, de jardiner, de flemmarder ou d’avancer sur un autre truc !

    Avec la sagesse (le "savoir" n'est pas suffisant) de distinguer l’important du superflu, ce que je peux changer et ce quoi je ne peux que gaspiller vainement mon énergie j’ai trouvé la force de supporter l’absurdité du monde et je conserve suffisamment de force pour agir quand je le peux.

    Cogiter moins pour agir mieux.
    Si vous me cherchez je suis (pour un temps au moins) sur famille-solo.fr :)

  18. #18
    Supra Solo Avatar de carine38
    Date d'inscription
    juin 2008
    Sexe
    Femme
    Localisation
    Isère
    Messages
    9 729
    Citation Envoyé par Jihel86 Voir le message
    Je n’ai pas de vérité ultime sur la procrastination, peut-être certains sages, philosophes ou gourous du développement personnel ont-ils des réponses plus pertinentes. Je ne parlerai, ici, que de mon vécu personnel qui n’est ni un avis, ni un conseil et encore moins un jugement sur la vie des uns ou des autres. Pas de sagesse universelle, juste, en quelque sorte, un retour d’expérience.
    (Et pardon, je ne sais pas faire court sur ce genre de sujet).

    Je ne pense pas que l’on soit « procrastinateur » par nature.


    J’ai longtemps été une personne très active (sans être hyperactive), élève et étudiant travailleur puis dirigeant ma petite entreprise, menant des projets divers de création, de gestion, d’édition assez naturellement et sans difficulté particulière pour trouver l’énergie nécessaire.

    *********

    Puis sont venus les accidents de la vie, les accidents de parcours. Le décès de ma femme, me laissant seul avec mes deux enfants encore petits tout d’abord, et un certain nombre de soucis professionnels ensuite (sans rentrer dans les détails : le dernier d’entre eux m’a fait, par la responsabilité d’un tiers – non assuré – perdre les acquis de plus de 15 années de travail.)

    Cette seconde (et longue) époque de ma vie a donc été celle du deuil, de la découverte dans ma chair de l’impermanence humaine, de ma finitude, du découragement, de la perte de confiance en autrui et de la procrastination.

    Je vois cette dernière comme étant intrinsèquement liée à la gestion de l’énergie.
    Deux causes possibles (et non exclusives l’une de l’autre) apparaissent alors : une insuffisance de l’énergie disponible ou un déséquilibre entre l’énergie disponible et un trop-plein d’activités.


    - L’insuffisance d’énergie s’explique facilement par une période dépressive et son cortège habituel des « à quoi bon ? », « suis-je capable de ? », « que vont en penser les autres ? » …
    La procrastination me semble consubstantielle à une profonde remise en cause existentielle de l’image de soi, du rapport au monde, du but de la vie.
    Alors insidieusement le « mal à agir » arrive, parce qu’agir c’est toujours prendre un risque (celui d’échouer, celui de déplaire …), parce que décider c’est toujours faire un deuil (celui du terme non retenu de l’alternative).

    - Le déséquilibre dû à trop d’activités peut être réel mais, il me semble, que dans ce cas on ne peut pas parler de procrastination. Pourtant, et paradoxalement le trop plein d’activités peut être (à tort certainement) perçu comme une solution. Pour me convaincre que « ça vaut le coup », « que je suis capable », « que je vais leur montrer ce que je vaux » on agit, on agit, on agit … mais le plus souvent ce n’est qu’un miroir aux alouettes ou pire un cercle vicieux. Comme le dit tiloulou le procrastinateur peut être particulièrement actif (mais est-il efficace ?). L’énergie disponible « de base » n’est pas plus importante, à l’arrivée on a augmenté la dépense d’énergie, pas sa disponibilité.
    Je ne suis pas sûr que la capacité à agir soit une qualité qui puisse s’entrainer comme on ferait de la musculation.


    Alors on gère. Comme on peut. Au jour le jour, ou plus exactement au jour le lendemain. Toujours dans le possible, toujours dans le lendemain et toujours dans la culpabilité de n’avoir pas fait alors qu’on pouvait, qu’on savait, qu’on aurait pu.
    La procrastination n’est pas une cause que l’on puisse traiter, ce n’est pas un trait de personnalité que l’on puisse changer. La procrastination est la conséquence, la résultante d’un mal-être. C’est en amont qu’il faut chercher les causes.

    En attendant d’être à nouveau parfaitement épanoui dans un monde parfait il faut toutefois tenter de gérer le quotidien. Pendant cette longue période voici les choses qui m’ont aidé :
    - essayer de ne pas culpabiliser de ne pas avoir fait.
    - ne pas se lancer dans trop de choses en même temps.
    - mettre des priorités sur les choses à faire, en particulier celles qui non-exécutées créeraient inévitablement un besoin d’énergie bien supérieur plus tard.
    - se féliciter à chaque fois que l’on a réussi à faire.
    - ne pas tout voir comme une contrainte (c’était un de mes vrais soucis).
    - les listes (ça ne marche pas forcément pour tout le monde).

    ************

    Depuis quelques mois je suis « sorti de ma grotte » et, d’une certaine manière, j’ai fait la paix avec moi-même et avec le monde. Une forme d’acceptation active (et non de résignation).

    Qu’est-ce qui s’est passé ?

    L’événement déclencheur a été très clairement le départ de mon second enfant du foyer, je me suis retrouvé, comme je l’ai raconté ailleurs, triplement seul. Dans mon quotidien, dans ma vie sentimentale, professionnelle, et je pourrais ajouter, sociale.

    Même aimant la solitude (voir les paroles de Ma solitude de Moustaki), ça faisait beaucoup et je me suis posé la question de savoir si je voulais vraiment passer les prochaines décennies sans rien changer. Je me suis replongé dans quelques bouquins de philo, je me suis autorisé à la lenteur (peut-être vous en parlerai-je un jour), j’ai renoncé à tout vouloir changer (il y a eu un temps la potentialité d’un topic « Doit-on changer le monde » ).
    Je me suis aperçu que je râlais beaucoup (en moi-même ne voyant pas grand-monde) contre, en simplifiant, la politique, le monde tel qu’il est et tel qu’il devrait être.

    Bref, j’accepte aujourd’hui de ne pouvoir résoudre le dilemme de l’absurdité du monde, j’assume mon statut de Sisyphe (ce qui n’empêche pas de rester révolté).
    C’est en quelque sorte la mise en œuvre de la maxime de Marc-Aurèle : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre. »


    Et donc PS, OVS, associations pour ma solitude sociale, nouveau projet pro, reste le côté sentimental à améliorer … mais ça viendra en son temps.

    La procrastination n’a pas complètement disparue mais elle n’est plus un problème à mes yeux. Je la positive. Je n’ai pas tourné en rond, j’ai fait « autre chose », pas ce qui était prévu … tant pis c’était sympa de lire, de jardiner, de flemmarder ou d’avancer sur un autre truc !

    Avec la sagesse (le "savoir" n'est pas suffisant) de distinguer l’important du superflu, ce que je peux changer et ce quoi je ne peux que gaspiller vainement mon énergie j’ai trouvé la force de supporter l’absurdité du monde et je conserve suffisamment de force pour agir quand je le peux.

    Cogiter moins pour agir mieux.

    J'aime beaucoup

  19. #19
    Grand Solo Avatar de rineva
    Date d'inscription
    février 2015
    Sexe
    Femme
    Messages
    917
    Merci Jihel pour ce récit à coeur ouvert!
    Je parle pour moi:
    Le, est ce bien ou pas? fait sa loi, le désir attend son tour.
    La peur de l'échec aussi peut m'amener à faire du sur place, mais quoi qu'il en soit, c'est un temps parfois nécessaire à une maturation, à une contemplation, et il n'y a de règle en la matière que son propre équilibre, toujours en question, et propre à chaque temps de la vie!
    J'aime aussi l'adrénaline du" fait au dernier moment", atteindre la limite, ma limite, et me dire que la décision de m'y mettre n'appartient qu'à moi!
    Et puis, parfois, je fonce comme si il ne me restait qu'une seule heure à vivre, sans me poser de question juste parce qu'il y a urgence à vivre!
    Juste parce que je ne veux pas avoir de regret, parce qu'il y a des choses qui ne peuvent être vécu que là et que plus tard il sera trop tard!
    Et dans ces moments là, je pourrais tout changer, tout faire, sans aucune hésitation, l'amour d'un homme peut me faire faire cela...
    Par contre tout ce qui vient faire autorité, papiers administratifs, tout ce qui s'impose à moi, parce qu'il faut le faire...Et bien je tiens la maitrise jusqu'au bout, c'est moi qui déciderai quand et si je veux m'y mettre!
    Vive l'amour qui me fait lâcher prise!...

  20. #20
    Supra Solo Avatar de zeliedou
    Date d'inscription
    août 2008
    Messages
    10 340
    Citation Envoyé par Titoulou31 Voir le message
    Rhoooo Zeliedou, c'est trop gentil

    Mais pour moi, une personne qui procrastine n'a rien d'un feignant, au contraire il peut très occupé, mais pas sur les sujets qui mériteraient d'être prioritaires
    Je suis bien d'accord avec toi mais il y avait dans la citation une part d'auto dérision non négligeable
    Feignant pour ce qui ennuie, ce qui n'est pas le moment, ce qu'il faudrait faire, mais on verra plus tard
    Feignant comme Alexandre le Bienheureux, pour ceux qui se souviennent du film

    Au sens où je l'entends, on est dans cet esprit là : -https://www.youtube.com/watch?v=oRzBv0ohce8 (Moustaki, le droit à la paresse)
    L'humour est le plus court chemin d'un homme à un autre (Wolinski)

Discussions similaires

  1. Le pervers narcissique : son portrait craché !
    Par chouki dans le forum Psycho Santé
    Réponses: 181
    Dernier message: 05/11/2012, 22h47
  2. votre portrait d'un expert psy??
    Par Amel+ dans le forum Psycho Santé
    Réponses: 30
    Dernier message: 11/08/2012, 14h20
  3. Qui veut faire son portrait chinois ?
    Par BUL2SAV dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 44
    Dernier message: 23/05/2011, 22h09
  4. le portrait chinois des Parents Solos
    Par Mana38 dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 231
    Dernier message: 31/05/2007, 10h39
  5. Portrait chinois
    Par chabli78 dans le forum Des Hauts et Débats
    Réponses: 46
    Dernier message: 21/04/2007, 01h10

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •