Vous êtes ici : La documentation de Parent Solo > A propos de Parent-Solo.fr > Parent Solo dans la presse > Elle.fr - vendredi 7 avril 2011

Elle.fr - vendredi 7 avril 2011

Nathalie Guellier, créatrice du site www.parent-solo.fr a donné une interview au site Elle.fr, suite au colloque sur le thème : "Familles monoparentales : parlons-en !", organisé par la Fondation K d’urgences présidée par la journaliste Christine Kelly, jeudi 7 avril 2011.

La Fondation K d’urgences organisait hier un colloque sur les familles monoparentales auquel vous avez participé. En quoi est-ce important de sensibiliser le grand public autour de cette réalité ?

Aujourd’hui, une famille sur cinq est monoparentale, ce qui n’est pas rien. Malheureusement, on ne fait pas grand chose pour elles. Au contraire, on fait comme s’il n’existait que des familles « classiques » composées du père, de la mère et des enfants. Il y a urgence, il faut faire bouger les choses. Dans ces familles-là, 30% vivent en-dessous du seuil de pauvreté !

Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés les « parents solos » ?

Ils rencontrent tout d’abord des problèmes financiers car de deux revenus, il passe à un seul, alors que le loyer reste le même. Les femmes éprouvent par ailleurs des difficultés à concilier travail et vie de famille car il n’y a pas assez de modes de garde adaptés aux horaires décalés notamment, ce qui pose problème aux infirmières ou femmes de ménage par exemple. Avoir une vie de femme à côté de sa vie de mère est assez dur. Quand les gens se séparent, ils se retrouvent face à un énorme vide. Ils doivent affronter beaucoup de choses nouvelles qu’ils ne connaissaient pas, comme la garde des enfants, les pensions alimentaires…

Et la solitude ?

Si, tout à fait. Nous nous en rendons bien compte sur parent-solo.fr. Régulièrement, je lis sur les forums des témoignages de parents qui disent « c’est super de se rendre compte que je ne suis pas tout seul ». Ça leur permet de rompre l’isolement et un certain sentiment de honte d’être en quelque sorte le « mouton noir ».

Quelles sont selon vous les solutions ?

Il faudrait commencer par développer les gardes d’enfants, en élargissant les plages horaires d’accueil en crèches. Il faudrait également, sans tomber dans l’assistanat, développer les aides financières, en les ciblant mieux. Les familles monoparentales non imposables devraient être davantage aidées. Enfin, il faut favoriser tout ce qui va créer du lien social : associations, parrainage de grands-parents… Dans les grandes villes ou quand la famille vit loin, il faut avoir des relais de proximité. Ce sont des petites choses du quotidien mais qui sont importantes. Sur « parent-solo.fr », les internautes sont dans une démarche de solidarité. Ils échangent des gardes d’enfants, s’organisent des sorties, des pique-niques, des cinés. C’est une façon de recréer un tissu social qui a été cassé.

Quel conseil donneriez-vous aux familles monoparentales ?

Il ne faut pas baisser les bras. Vous n’êtes pas tout seuls dans cette situation, alors ne vous enfermez surtout pas dans l’isolement, dans une spirale de solitude.

Claire Hache

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : ZGQx2c

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires