Vous êtes ici : Actualités et brèves > Actualités > Famille monoparentale ou classique : les enfants se développent aussi bien

Famille monoparentale ou classique : les enfants se développent aussi bien

Etudes sur les enfants de familles monoparentales et classiques

Voici une étude qui va mettre un peu de baume aux coeurs aux familles monoparentales, et surtout qui va peut-être les aider à ne pas culpabiliser plus qu'il ne faut. Lors du Congrès annuel de la Société Européenne de Reproduction Humaine et d'Embryologie qui se tenait à Helsinki en Finlande, le 4 juillet 2016, des chercheurs du Centre pour la recherche familiale de l'université de Cambridge (Royaume-Uni) ont présenté les conclusions de leur étude qui se résument au fait que les enfants qui vivent dans des familles monoparentales n'ont pas plus de problèmes d'adaptation que les autres et ne sont pas non plus négatifs sur leurs sentiments à l'égard de leur vie de famille, même si l'absence de l'autre parent pose toujours question.

L'étude du Centre pour la recherche familiale de l'université de Cambridge

L'étude a porté sur 51 familles monoparentales de mamans solos et 52 familles "classiques", c'est à dire avec un père et une mère, toutes composées d'au moins un enfant âgé de 4 à 9 ans conçu par donneur. Les questionnaires proposés aux mères portaient sur l'adaptation de leur enfant et le stress parental, puis des entretiens ont permis d'échanger sur la perception qu'elles avaient des sentiments de leurs enfants à propos du père (des sentiments neutres ou mixtes à propos de l'absence de père, sont souvent relatés).

47 enfants élevés par une maman solo ont répondu également à des questions sur la vie de famille et les liens d'amitié.

S'il n'y a pas de différence constatée sur les capacités d'adaptation de l'enfant entre les deux types de famille, les difficultés financières et le stress parental empoisonne le quotidien des familles monoparentales.

La stigmatisation à l'école n'est pas avérée

Les enfants interrogés, dans leur grande majorité ont exprimé du plaisir à aller à l'école où ils ont leurs copains. D'après leurs dires, 63% des enfants de mère célibataire n'ont jamais été discriminés à l'école du fait d'être issus de famille monoparentale.

Pour finir, précisons qu'il s'agissait d'enfants de 4 à 9 ans, donc les choses peuvent changer avec le temps et notamment l'adolescence. Et surtout, selon les chercheurs, la qualité de l'éducation et des relations parent-enfant est plus importante pour les enfants que l'absence de père et la conception par donneur de gamètes. C'est souvent là que le bât blesse chez les familles monoparentales nées d'une séparation ou d'un divorce car les conflits parentaux, les conflits de loyauté, le parent absent sont source d'inquiétude et de fragilisation de l'enfant.

Écrit par Bertrand le 05/07/2016
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Pseudo ou Prénom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : bTWyDh

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir